Catégories
Image de la semaine
Archives (par date)
décembre 2016
L M M J V S D
« Nov   Jan »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Accueillir les oiseaux dans nos jardins, un voyage intérieur

Accueillir les oiseaux dans nos jardins, un voyage intérieurPeut-on imaginer un beau jardin sans la présence d’oiseaux ? S’invitant naturellement dans nos jardins pour s’abreuver, se nourrir, se reposer, s’amuser ou faire leur nid, les oiseaux du ciel font partie intégrante de l’univers de nos espaces végétalisés.

Leurs gracieuses allées et venues, la musicalité de leur chant ou l’élégance de leur plumage nous charment et nous enchantent.

Tout en comblant nos aspirations d’esthète, elles animent véritablement ce morceau de nature composée dont nous aimons à penser qu’il nous appartient, en y apportant une touche de vie sans égal.

Accueillir les oiseaux dans nos jardins, un voyage intérieurMais si les oiseaux s’invitent spontanément, il semble que nous ayons également à cœur de les retenir, voire de les garder à demeure.

Que faisons-nous d’autre lorsque nous installons mangeoires et nichoirs dans les branches des arbres, ou lorsque nous installons carrément paons, cygnes ou canards dans notre havre de verdure ?

Qu’espérons-nous au plus profond de nous-mêmes si ce n’est restaurer le paradis originel ?

Le lien secret qui unit l’oiseau au jardin trouve son origine en Orient, dans une très ancienne légende mésopotamienne.

Le Simurgh est un oiseau fabuleux, si vieux qu’il possède toute la connaissance du monde depuis les origines. Incarnant l’amour et la sagesse, le Simurgh niche dans l’Arbre du Savoir au sommet d’une montagne. L’envol de cet oiseau divin et primordial secoue le feuillage de l’Arbre et répand ses graines sur toute la terre, donnant ainsi naissance à toutes les plantes existantes dont les vertus permettent de guérir tous les maux des hommes.

Dans le jardin, l’oiseau n’est pas un invité comme les autres, il se souvient d’en être le roi. Il se souvient du Simurgh à l’origine de tous les jardins de la terre.

Accueillir les oiseaux dans nos jardins, un voyage intérieurEn désirant retenir l’oiseau dans notre jardin, nous lui restituons sans le savoir son royaume. Mais toujours sans le savoir, nous tentons également de nous approprier son essence divine. Car dans la mythologie perse et mésopotamienne, l’oiseau symbolise notre spiritualité.

Toujours en Orient, les plus anciens jardins du monde sont nés il y a cinq mille ans dans le désert. Il faut nous souvenir qu’à l’origine, jardin et paradis ne font qu’un, paradis étant le nom perse pour désigner un jardin. C’est un lieu clos, une sphère préservée qui contient à ses portes l’aridité et les rigueurs du désert. L’eau tintante qui y coule, l’ombrage rafraîchissant des arbres chargés de fruits, le parfum des fleurs sont extrêmement apaisants et reposants pour le corps comme pour l’âme et l’esprit. Dans ce lieu nourricier et ressourçant, l’homme se construit des forces neuves. Dans ce lieu intime et calme, l’homme se retrouve face à lui-même…

Le fil invisible qui nous relie aux oiseaux est le même que celui qui relie ces derniers au jardin. Toujours et encore le Simurgh. Dans la Conférence aux Oiseaux du poète mystique perse Attar, des oiseaux pélerins se mettent en quête du Simurgh pour en faire leur roi. Mais lorsqu’après bien des épreuves, un petit nombre parvient au terme de la quête, c’est pour se découvrir face à eux-mêmes.

Les oiseaux ne sont donc pas un simple bonus au jardin, ils en sont fondamentalement l’âme. Lorsque nous accueillons avec bonheur les oiseaux dans nos jardins, redonnons à ce simple geste toute sa profondeur. Souvenons-nous simplement que c’est un voyage dans le temps et tout au fond de nous-mêmes que nous accomplissons. Et que nous sommes en paradis.

Accueillir les oiseaux dans nos jardins, un voyage intérieur

Remerciements : merci à Gabriel.

Sources :

https://fr.wikipedia.org/

https://www.imarabe.org/

La Conférence des Oiseaux (adaptation Henri Gougaud), Attar, Seuil

 

4 réponses à Accueillir les oiseaux dans nos jardins, un voyage intérieur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Animogen 2015