Catégories
Image de la semaine
Archives (par date)

L’axolotl, ou Ambystoma mexicanum, petit monstre aquatique d’eau douce

L'axolotl, ou Ambystoma mexicanum, petit monstre aquatique d'eau douceL’axolotl, ou Ambystoma mexicanum, est originaire du Mexique, plus précisément des lacs de haute et moyenne altitude. Son nom trouve sa source chez le peuple aztèque, en référence au dieu des morts, appelé « Xolotl ».

On peut le traduire par « chien d’eau », ou encore « monstre aquatique ». Selon la légende, Xolotl aurait été banni par Quetzacoal. Il aurait alors pris la forme d’un axolotl avant d’être tué pour nourrir les deux astres que sont le soleil et la lune. Les Australiens et les Néo-zélandais le surnomment « poisson mexicain qui marche ».

L'axolotl, ou Ambystoma mexicanum, petit monstre aquatique d'eau douceContrairement à certaines idées reçues, il ne s’agit ni d’un lézard, ni d’un autre animal de la famille des reptiles. C’est une classe à part, puisqu’il fait partie du groupe des amphibiens.

Il mesure entre 25 et 30 cm en moyenne et pèse de 60 à 110 g. En captivité, son espérance de vie avoisine les 6 ans. Une température comprise entre 15 et 20 C° et un pH de 6,5 lui conviennent, sans éclairage. En effet, la lumière vive ou directe l’incommode. La dureté doit être au minimum de 12 GH, car il est habitué à des eaux calcaires.

Sur le plan physique, il pourrait paraître évadé d’un film de science fiction. En effet, de chaque côté de sa tête sont visibles des excroissances pourvues de fines ramifications lui donnant l’air d’un dragon ou d’une espèce préhistorique. Ce sont en réalité des branchies externes, ce qui ne l’empêche pas de disposer de poumons.

La tête est oblongue, avec un museau épais et arrondi au bout. Sa peau est légèrement granuleuse. Son corps dispose de quatre pattes et se termine par une sorte de queue, pareille à celle d’un têtard. Il possède quatre doigts sur les pattes avant et cinq sur les pattes arrières. Il peut régénérer tout au long de sa vie n’importe quelle partie de son corps, qu’il s’agisse d’un organe externe ou interne, le cerveau et les yeux y compris.

L'axolotl, ou Ambystoma mexicanum, petit monstre aquatique d'eau douceTrois variétés existent :

  • albinos (la plus couramment observée en captivité, caractérisée par une peau et des yeux roses)
  • dépigmentée (semblable à la forme albinos, mais avec des yeux noirs)
  • grise (forme sauvage, dont la mélanine assure la pigmentation)

Il s’agit en fait d’une variété de salamandre. Il possède la particularité étonnante de rester à l’état larvaire tout au long de sa vie, ce qui ne l’empêche pas de se reproduire. On nomme cette faculté la « néoténie ». Il grossit néanmoins davantage que les larves de salamandre.

A l’état sauvage, il demeure à ce stade toute sa vie, mais en captivité, lorsque la concentration en iode du milieu aquatique augmente et que la quantité d’eau diminue, il peut se changer en salamandre. Dans ce cas, il a été observé une mort rapide dans les semaines qui suivaient. Passer à l’état de salamandre demande à son corps des transformations importantes, telles que l’atrophie des branchies externes au profit du développement de ses poumons. Il est alors apte à vivre définitivement sur la terre ferme. Le milieu dans lequel vit votre axolotl influence donc directement son métabolisme, aussi faut-il être vigilant, la transformation lui étant fatale à court ou moyen terme.

L'axolotl, ou Ambystoma mexicanum, petit monstre aquatique d'eau douceC’est un animal diurne et solitaire, qui se contente d’un bac d’une soixantaine de litres, densément planté. Veillez à choisir une végétation robuste, pouvant résister aux assauts de ce déracineur né. Installez quelques cavités où il pourra s’abriter, sous forme de cailloux, racines ou tubes en PVC, pour qu’il se sente en sécurité. Il ne recherche la compagnie de congénères que lors de la reproduction.

En captivité, il mange à peu près tout ce qui est à sa portée, qu’il s’agisse d’insectes, poissons, mollusques… ou congénères. De ce fait, il vaut mieux le maintenir seul ou en couple. Dans le second cas, choisissez d’apparier des sujets ayant moins de 5 cm de différence, pour que l’un des deux ne soit pas pris pour une proie. La présence d’un semblable ou de petits poissons peut tourner court en cas de fringale, tout comme il peut faire les frais de celle d’un trop gros « colocataire » trop gourmand.

Il lui faut une eau avec très peu de courant, de sorte que ses branchies restent immobiles. Traitez l’eau contre le chlore. Une température trop chaude peut causer l’apparition de divers problèmes de santé, une infection bactérienne notamment, mais une température trop basse le rendra apathique. Il n’est donc pas nécessaire d’équiper son aquarium d’un chauffage.

La température de l’eau étant assez basse, le choix des plantes doit privilégier des variétés telles que Ceratophyllum demersum, Vallisneria spiralis, Elodea densa ou mousse de Java. Quelques plantes de surface peuvent aussi contribuer à tamiser la lumière.

L'axolotl, ou Ambystoma mexicanum, petit monstre aquatique d'eau douceLe choix du gravier revêt également une importance particulière. En effet, trop fin il risque d’être ingéré, trop saillant il peut blesser. Il faut donc privilégier un substrat assez gros, sans arrêtes vives. Un axolotl vivant en captivité se nourrit de vers de vase, vers de terre, granulés carnés et petits morceaux de cœur de bœuf.

Il peut se montrer très familier avec son détenteur, ce qui explique en partie l’engouement que cette espèce suscite.

De nos jours, sa population a quasiment disparu à l’état sauvage, à cause de la pêche intensive et des prédateurs introduits par l’homme.

Tous les efforts de réintroduction en milieu naturel ont été vains, car les eaux qui l’ont vu naître sont menacées, elles aussi, mais par l’urbanisation. Il est classé sur la liste des espèces en danger par la CITES. Il est de plus en plus fréquent d’en trouver chez les revendeurs en aquariophilie, le plus souvent sous la forme albinos.

L'axolotl, ou Ambystoma mexicanum, petit monstre aquatique d'eau douce

Sources :

http://www.arkive.org/

http://www.axolotl.org/

http://exoticpets.about.com/

9 réponses à L’axolotl, ou Ambystoma mexicanum, petit monstre aquatique d’eau douce

  • Christine dit :

    Son nom n’est pas facile à prononcer.^^
    Je n’imaginais pas l’axolotl aussi grand. Sa faculté exceptionnelle de régénérescence doit être étudiée par la recherche, non ?

  • Baptiste Legent dit :

    J’ai eu une portée de 70 il m’en reste 40 vous pouvez me contacter sur mon mail ou sur l’annonce sur le bon coin dans le 76 cherchez axolotl…

    • sauvage muriel dit :

      bonjour baptiste .je viens de voir votre petite annonce.éffectivement assez tardivement.j’aimerai savoir si depuis celle ci vous avez eu d’autre bébés?je suis de fécamp.vous pouvez me joindre au 0641280512 .je vous remercie .bien coordialement

  • D'aumale dit :

    Bonjour, voilà j ai un couple d’axolotl dont la femelle s est mise à gonfler et flotter, plusieurs personnes m ont conseillé de la mettre dans un bac avec peu d eau etc… Mais la mienne ça fait un an qu elle est ds son grand bac 🙁 Je suis allé 4 vétos j en suis à 400 euros et toujours pas d évolution 🙁 quelqu un ou Animogen auraient la réponse svp ?, Car je désespère merci d’avance

    • angelk dit :

      Quel âge a votre femelle ? Depuis combien de temps est-elle comme cela ? Il est fréquent que les Axolotls, qui ont un solide appétit, avalent par mégarde le sable qui constitue le substrat de leur aquarium. Lorsque celui-ci est trop épais, il peut causer des occlusions intestinales car il est difficile ou impossible à expulser. Cela a pour effet de faire gonfler le ventre. Quel type de sable utilisez-vous ?
      Votre femelle mange-t-elle et se comporte-t-elle normalement en dehors du problème évoqué ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Animogen 2015