Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)
    février 2015
    L M M J V S D
    « Jan   Mar »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    232425262728  

    Comportement : les perroquets juvéniles, entre généralités et individualités

    Comportement : les perroquets immatures, entre généralités et individualitésLes jeunes perroquets sont des pages blanches à écrire. Avides de découvrir le monde, ils vont employer les outils mis à leur disposition pour y parvenir.

    Leur bec est à ce titre essentiel. En effet, cette troisième patte va leur permettre de toucher et goûter ce qui les intrigue, pincer au besoin pour s’assurer qu’en retour, la réponse ne soit pas agressive. Cela s’applique aussi lorsqu’il est question de découvrir l’Homme, cette drôle de créature déplumée avec laquelle ils seront amenés à vivre toute leur vie durant. Il faut se montrer compréhensif, y compris lorsque la pression dudit bec devient douloureuse, car une réaction trop vive, verbalisée ou non, peut laisser une empreinte pour la vie. De même, les bêtises des apprentis perroquets sont parfois cocasses ou à l’inverse, inacceptables, mais les cris peuvent tout autant agir comme un renforçateur que les éclats de rire. Il faut encourager les bons comportements de façon posée et raisonnée, repenser chaque jour les erreurs commises la veille afin d’éviter les commettre à nouveau.

    Comportement : les perroquets immatures, entre généralités et individualitésTous les apprentissages vont compter pour leur enseigner la confiance en eux, la confiance en l’humain et le goût de la vie, qu’il s’agisse d’exercices tels que venir vers lui, ou encore de jeux mettant à l’épreuve leur intelligence et leur perspicacité. Toutefois, il ne faut pas leur donner aujourd’hui ce qui leur sera retiré demain. Le facteur le plus parlant à ce niveau est celui du temps accordé aux oiseaux.

    Les premières semaines voire les premiers mois coïncident généralement avec de larges plages horaires consacrées à ces juvéniles. Entre les manipulations quotidiennes répétées d’éleveur durant le nourrissage et les interactions partagées lors de leur arrivée dans leur nouvelle maison, les petits perroquets sont souvent très sollicités, notamment hors de leur cage, ce qui rend leurs journées plus riches en stimulations. Mais au fil du temps, les choses vont probablement changer et la privation est une chose qu’ils supportent très mal.

    Comportement : les perroquets immatures, entre généralités et individualitésDe plus, chaque perroquet est unique et certains aspect du comportement escompté peuvent se manifester ou non suivant les individus et apparaître ou disparaître au fil du temps. D’emblée, chaque espèce se développe à son rythme, et ce n’est pas un hasard si une Calopsitte se développe plus rapidement qu’un gris d’Afrique, qui évolue lui-même plus rapidement qu’un Ara ararauna. D’ailleurs, la première est déjà sevrée lors lorsque le second est presque plumé et le troisième plutôt dénudé. Cela est lié à l’espérance de vie de chacun. Selon Wright, un gris est génétiquement programmé pour avoir besoin de temps. Cela signifie que même en captivité, il faut savoir être à l’écoute de son oiseau, de ses besoins, de ses attentes, pour ne pas le brusquer et le laisser progresser à son rythme. Un jeune gris prend aussi son temps pour manger, et le forcer n’a souvent pour seul effet que de lui faire vomir sa nourriture, ce qui démontre clairement que le temps est une donnée à prendre en compte à tous les niveaux dans la gestion de l’animal, avant comme après l’adoption.

    Comportement : les perroquets immatures, entre généralités et individualitésCertains traits de caractère peuvent quant à eux être trompeurs, notamment chez l’Amazone, timide dans sa jeunesse et audacieuse à l’extrême à l’âge adulte. Les perruchons commencent quant eux à afficher leur personnalité dès l’âge de trois semaines environ. Ils deviennent joueurs une fois le nid quitté et se lient en général facilement à d’autres oiseaux. Chez les Caïques, c’est dès la première semaine de vie que le caractère curieux, audacieux et enjoué transparaît. Chez eux, la vitrine affichée ne ment pas. Chez les Conures enfin, tout se passe comme dans le meilleur des mondes jusqu’à la quatrième semaine de vie. C’est là que ces demoiselles réalisent que les humains ne sont pas des oiseaux. C’est souvent à cette période que la peur apparaît chez les sujets élevés par les parents (EPP), ce qui se manifeste par des cris ou une course à pattes. Ceux nourris à la main (EAM) à partir de deux semaines vont au contraire rapidement rechercher le contact avec leur nourrisseur.

    Pour chaque bébé perroquet, vous l’aurez compris, il existe des repères en termes de comportement. Il faut savoir les utiliser avec discernement, sans pour autant les considérer des règles strictes. Cela revient à admettre qu’aucun oiseau ne correspond exactement à son moule et qu’être un bon maître, c’est aussi les laisser voler de leurs propres ailes, évoluer à leur manière vers la vie d’adulte.

    Comportement : les perroquets immatures, entre généralités et individualités

    Sources :

    www.eppa.ca/

    http://www.birdchannel.com/

    http://trainedparrot.com/

    http://www.arizonaparrots.com/

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015