Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)
    février 2014
    L M M J V S D
    « Jan   Mar »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    2425262728  

    Comment apprivoiser un perroquet sauvage ou EPP (élevé par les parents) ?

    Comment apprivoiser un perroquet sauvage ou EPP (élevé par les parents) ?Les surprises de la vie font que nous nous retrouvons parfois confrontés à des psittacidés qui n’ont pas ou peu connu la main de l’homme. Mais détenir de tels oiseaux en captivité comporte certaines difficultés si l’on ne cherche pas à les familiariser avec nous.

    Apprivoiser un perroquet sauvage n’est pas très différent d’apprivoiser un sujet EAM (élevé à la main). Il faut de prime abord déterminer son seuil de tolérance, c’est à dire le point limite où il tolère la proximité ou le contact de l’être humain. La plupart des psittacidés aiment être caressés sur la tête. Mais cela ne doit pas être fait comme pour un chien ou un chat, en grattant assez fort dans un sens puis dans l’autre, mais avec douceur, dans le sens des plumes pour commencer. De toutes façons, un perroquet qui n’est pas apprivoisé sera méfiant vis à vis de la main humaine la plupart du temps.

    Comment apprivoiser un perroquet sauvage ou EPP (élevé par les parents) ?Si la présence de l’homme suffit à l’effrayer, commencez par le familiariser avec les soins de base, sans chercher le contact pour autant. Choisissez-lui une cage suffisament grande pour que vos mains ne se retrouvent pas à quelques centimètres de lui lors des nettoyages quotidiens et approvisionnements divers. Si l’oiseau panique, allez y en douceur. Parlez-lui en entrant dans la pièce, pour l’habituer au son de votre voix et préparez le matériel et les aliments devant lui chaque jour, pour mettre en place une routine qui aura pour effet de le rassurer.

    Lors des interventions dans la cage, mettez en place une routine, agissez normalement, sans hésiter ou précipiter vos mouvements, pour ne pas l’inquiéter davantage. Souvenez-vous que seuls les prédateurs approchent lentement ou se précipitent avant l’attaque et que votre compagnon à plumes le sait, lui. Évitez de le regarder au début, s’il se met à hurler au fond de sa cage. Il verra peu à peu que les gestes du quotidien ne le visent en rien et qu’une voix (la vôtre) les accompagne toujours pour ces choses qui lui apportent un certain confort. C’est ainsi que Citron, ma perruche à collier, a appris à accepter les interventions régulières dans sa cage.

    Durant la journée, trouvez un petit moment, par exemple après la distridution de nourriture, pour vous asseoir auprès de votre psittacidé. Estimez la distance de sécurité qui lui convient, celle qui permet de ne pas l’afffoler et parlez-lui doucement, lisez à voix haute ou commentez pour lui les nouvelles télévisées. Plus vous aurez d’occasions de le faire, plus les progrès se feront sentir rapidement. D’un jour sur l’autre, vous approchez progressivement votre siège de sa cage. Lorsque vous voyez l’animal se placer plus près de vous pour vous écouter ou vous observer, félicitez-le avec enthousiasme, d’une voix douce, pour lui signifier qu’il fait une chose agréable.

    Comment apprivoiser un perroquet sauvage ou EPP (élevé par les parents) ?Lorsqu’au fil des jours, il vous sera possible de vous asseoir suffisamment près pour toucher la cage sans l’inquiéter, placez alors une friandise entre les barreaux près de vous, de sorte qu’il doive s’approcher pour la prendre. Attendez qu’il s’en soit saisi pour le féliciter mais restez calme et détendu lorsqu’il s’en approche. N’oubliez pas qu’il sait lire en vous comme dans un livre ouvert, car il vous observe.

    Établir le contact physiquement viendra peu à peu. Il va en effet réaliser que vos doigts ne font que déposer un cadeau exceptionnel à chaque fois et prendre de l’assurance. Ainsi il va commencer à s’approcher non plus après le dépôt en question mais pendant, ce qui vous permettra de retirer vos doigts de moins en moins vite, tout n’oubliant pas de lui parler continuellement pour « noyer le poisson ». Puis le jour tant attendu viendra enfin. Votre protégé touchera la friandise alors que vous la tenez encore. La première fois, surpris de sa propre audace, il est probable qu’il la lâchera, mais comme son maître bien aimé n’aura pas eu de réaction particulière (sursaut, cri, etc.), il tentera à nouveau sa chance la fois suivante, jusqu’à réussir. Lorsque la prise de noix dans vos mains est assimilée, il est temps de commencer l’apprentissage du contact physique. A travers les barreaux au début, puis porte ouverte ensuite. Au moment de la délivrance de la gourmandise, laissez distraitement traîner le bout de votre doigt sur l’extrémité de son bec, ou le bout de ses pattes. N’oubliez jamais de féliciter chaque effort couronné de succès et revenez en arrière en cas d’échec.

    Cependant, notez bien qu’un oiseau progresse au rythme qui lui convient. C’est à vous de vous adapter et d’apprendre à l’accepter. Sachez l’attendre et vous pourrez profiter de moments merveilleux en sa compagnie.

    Comment apprivoiser un perroquet sauvage ou EPP (élevé par les parents) ?
    Remerciements : merci à enerik0812, qui a suggéré le thème de cet article.

    Source : angelk

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015