Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)

    Chiots orphelins mode d’emploi (première partie) : précautions et sevrage alimentaire

    Chiots orphelins mode d’emploi (première partie) : précautions et sevrage alimentairePrendre la décision de faire faire une portée à sa chienne s’avère une belle aventure la plupart du temps, mais celle-ci peut virer au cauchemar lorsqu’une tragédie vient entacher le projet. Entendons par là le décès de la maman. C’est ce qui vient d’arriver à l’une de mes clientes.

    En effet, une maman Bouvier bernois est décédée d’une hémorragie interne en mettant au monde sept chiots, sans que le vétérinaire puisse la sauver.

    De façon générale, les premières trente-six heures de la vie du chiot sont décisives. En l’absence de lait, de colostrum et d’une température suffisamment élevée, le risque de décès par hypothermie et hypoglycémie est important.

    Une pièce propre, facile à nettoyer et chaude est indispensable au chiot dès son arrivée à la maison. La température près du sol doit atteindre 30°C la première semaine, puis 26°C la deuxième et troisième semaine. Après cette période, elle pourra descendre à 22°C. Pour obtenir la température adéquate, on peut se servir des lampes utilisées par les éleveurs de poussins, de bouillottes ou encore augmenter le chauffage de la pièce.

    Chiots orphelins mode d’emploi (première partie) : précautions et sevrage alimentaireEn ce qui concerne l’alimentation, pour pallier l’absence de lait maternel, il faut se procurer un lait maternisé en poudre pour chiot. Celui-ci doit renfermer environ 33% de protéines, 41% de graisses et ne pas contenir d’amidon, qui serait indigeste pour le nouveau-né.

    Le chiot alimenté par ce lait aura une courbe de croissance inférieure à celle d’un chiot allaité par sa mère, mais cette différence ne se verra plus après le sevrage alimentaire.

    Les trois premiers jours, il faut impérativement faire attention à ne pas trop nourrir le chiot. Il doit être nourri régulièrement, mais à petites doses uniquement. Il est important de peser chaque chiot pour connaître son poids, afin de ne pas se tromper dans la quantité de lait à donner par repas. Les deux premiers jours, les chiots recevront huit repas par jour. A partir du troisième jour et jusqu’à la fin de la première semaine, on pourra leur donner six repas. Du huitième jour au seizième jour, ils pourront passer à cinq repas. Du seizième jour jusqu’au sevrage alimentaire, les chiots ne prendront plus que quatre repas par jour.

    Chiots orphelins mode d’emploi (première partie) : précautions et sevrage alimentaireEn moyenne, un chiot doit faire vingt tétées par biberon et être nourri toutes les quatre heures pendant au moins quinze jours (nuit et jour). L’eau du biberon sera chauffée entre 40 et 50°C et servie à 37°C. La température devra être prise rigoureusement pour ne pas brûler le chiot ni lui donner de lait trop froid, ce qui provoquerait des crampes. Pour la prise du biberon, l’animal sera mis sur le ventre et sa tête tenue droite. Afin d’éviter les vomissements, le lait devra couler doucement. Un repas prend quinze minutes environ par petit. Après chaque repas, le biberon sera nettoyé et stérilisé. Après chaque repas, il vous faudra masser le ventre du chiot avec un coton humide afin qu’il puisse faire ses besoins.

    L’hygiène du maître doit être irréprochable. Après chaque sortie en extérieur, il devra prendre une douche et mettre des vêtements propres avant d’aller s’occuper des chiots. Et surtout, il lui faudra veiller à ce qu’aucune personne venant de l’extérieur ne touche les chiens. En effet, ne bénéficiant pas des anticorps véhiculés par le lait maternel, les chiots orphelins sont à la merci du moindre virus et de la plus petite bactérie qui sévissent en extérieur.

    Chiots orphelins mode d’emploi (première partie) : précautions et sevrage alimentaire

    Source : le grand livre du chien

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015