Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)

    Le syndrome tyran-victime chez le chat (causes, symptômes, solutions)

    Le syndrome tyran-victime chez le chat (causes, symptômes, solutions)Les chats se montrent relativement solitaires, mais au sein d’une maison, le fait d’entretenir des rapports sociaux limités avec des congénères ne les empêche généralement pas de tolérer un partage du territoire. Si trois félins ou plus sont réunis, des clans peuvent se former par affinités. Néanmoins, des désaccords peuvent survenir, alors même que chacun essaie d’éviter les autres le plus souvent possible.

    En dépit de leur répugnance de l’affrontement, les membres des différents groupes peuvent se trouver impliqués dans une agression. Cela va permettre aux uns et aux autres de clarifier leur droit d’accès à une ressource jugée importante, qu’il s’agisse de nourriture, espace de repos, ou même des genoux du maître.

    Lorsque plusieurs chats font partie d’un même groupe, des tyrans peuvent y figurer aussi. Opportunistes, ils vont être l’affût de toute victime désignée, d’un bouc émissaire. La victime se désigne souvent d’elle même, en adoptant une attitude spectaculaire, doublée d’une réaction d’appréhension face à la posture et à l’approche agressive d’un congénère. L’inconvénient majeur est que plus la victime réagit intensément face aux tentatives d’intimidation, plus le tyran obtient de satisfaction.

    Le syndrome tyran-victime chez le chat (causes, symptômes, solutions)Chez la victime, le sentiment constant d’insécurité va alors gagner du terrain sur le plan psychique. C’est ainsi que le stress engendré peut la conduire à manifester les premiers symptômes en rapport avec l’anxiété. Elle va se déplacer furtivement d’un point à un autre, restant littéralement au ras du sol, oreilles aplaties sur les côtés de la tête, pupilles dilatées.

    Avec un peu d‘observation, les tentatives d’intimidation du tyran sont facilement identifiables. Cela peut aller d’un regard appuyé, oreilles légèrement en arrière, à une course délibérée vers l’animal endormi, ou encore un simple blocage de l’accès à la maison en se plaçant judicieusement dans l’entrée. Certains tyrans sournois vont jusqu’à bloquer l’accès à la litière.

    La tactique du tyran est extrêmement discrète, puisqu’il lui suffit de se placer entre la victime et l’un de ses accès vitaux. Mais pour la cible, l’espace disponible diminue à vue d’œil, augmentant de jour en jour la pression qui pèse sur elle. Certains tyrans vont ainsi pousser le harcèlement à l’extrême, jusqu’à ce que l’autre se trouve obligé de quitter le domicile.

    Il est hélas difficile de contrer de type de rapport, car la solution tient à faire empêcher la cible d’adopter le comportement de victime qui fait le jeu du tyran. Séparer les deux félins durant un temps peut apporter un début de réponse, chacun pouvant ainsi bénéficier d’un espace qui lui est propre, faisant disparaître le poids de la menace qui pèse sur le plus faible. Dans le délai, l’utilisation d’un diffuseur d’hormones tel que Felifriend vient participer à apaiser les tensions. La musique douce a aussi un effet bénéfique sur l’anxiété.

    Après quelques semaines, les coussins, les gamelles ou les jouets peuvent régulièrement être échangés, afin que chacun assimile inconsciemment l’odeur de l’autre comme étant familière. Dès lors, une nouvelle rencontre en terrain neutre peut être envisagée, tout en laissant aux deux chats leur espace privatif.

    Le syndrome tyran-victime chez le chat (causes, symptômes, solutions)

    Source : http://www.icatcare.org:8080/

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015