Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)

    La fourmilière, un microcosme complexe à observer chez soi

    La fourmilière, un microcosme complexe à observer chez soiLes fourmis sont présentes tout autour de nous. Prédatrices, elles développent des rapports sociaux, creusent, s’organisent au sein d’une société hiérarchisée où rien n’est laissé au hasard. Leur observation peut être captivante, aussi n’est-il pas étonnant qu’elles figurent parmi les insectes choisis comme animaux de compagnie.

    La colonie est sous la coupe d’une reine, seule femelle fertile. Les autres femelles sont infertiles. Cela comprend des ouvrières, chargées d’approvisionner le groupe en nourriture, constituer des provisions pour l’hiver, creuser les galeries qui composent la fourmilière et prendre soin des larves des jeunes fourmis. Mais il y a aussi des soldats, qui ont pour fonction de protéger la colonie des intrusions, et surtout veiller à la survie de la reine. Tous les membres du groupe communiquent par le biais de phéromones, sons et contacts physiques. Lorsqu’un prédateur les agresse, elles se défendent en mordant ou en piquant.

    La fourmilière, un microcosme complexe à observer chez soiLes fourmis moissonneuses sont souvent disponibles dans le commerce pour alimenter les lézards, mais aussi pour composer la population des fourmilières artificielles. Elles viennent ainsi peupler un espace en plastique, en PVC ou en verre très étroit, favorisant l’observation détaillée de leur vie au quotidien jusque dans les galeries de la fourmilière.

    Comptez de 30 à 80 euros pour l’achat d’une fourmilière artificielle. Verticale ou horizontale, tous les choix sont possibles. Il est aussi envisageable d’en fabriquer une soi-même, mais le coût risque fort de grimper. Il convient alors d’employer des matériaux non toxiques, d’autant plus que ces petites créatures sont plus fragiles en milieu clos.

    Sur le plan alimentaire, il n’y a aucune difficulté à les satisfaire. Des fruits et légumes frais, des drosophiles, des croquettes pour chien ou chat, du miel, du lait concentré et le blanc d’un œuf dur constituent des menus appropriés. L’eau peut être apportée par le biais d’une pipette pour ne pas les inonder ou les noyer.

    La fourmilière, un microcosme complexe à observer chez soiOutre les activités quotidiennes d’une fourmilière, il est intéressant d’assister au déroulement de la reproduction. Hélas, les reines ne sont pas proposées à la vente en général en magasin. Pour avoir la chance d’en avoir une, il est souvent plus facile de commander en ligne. Sur le web, de jeunes colonies sont proposées à la vente par des magasins spécialisés. Il s’agit d’un lot comprenant une à plusieurs reines, quelques ouvrières, des oeufs, des larves et des cocons, voire des nymphes.

    Les plus impatients peuvent récolter des oeufs dans une colonie sauvage, tout en prenant soin de ne pas détruire l’ensemble du nid. A ce titre, Camponotus cruentatus, l’une des plus grandes espèces visibles en France, est particulièrement intéressante de par sa taille. Il faut alors prélever des adultes, des oeufs, des nymphes et éventuellement une reine, reconnaissable à son large abdomen. Seules les fourmis d’un même nid pourront vivre ensemble cependant.

    Si étant enfant vous avez rêvé d’être le spectateur privilégié de cette vie minuscule, sachez qu’à présent ce plaisir n’est plus destiné qu’aux plus jeunes, car nombre d’adultes se passionnent pour ces insectes, les Lasius, Crematogaster, Messor et Phéidole convenant parfaitement aux débutants (même tardifs).  Ajoutez à cela un faible encombrement, les fourmis ont décidément tout pour nous séduire.

    La fourmilière, un microcosme complexe à observer chez soi

    Source : angelk

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015