Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)

    Comportement : les conséquences de l’isolement des rats, gerbilles, souris et cochons d’Inde

    Comportement : les conséquences de l'isolement des rats, gerbilles, souris et cochons d'IndeDes travaux scientifiques ont été réalisés sur les effets de l’isolement sur nos rongeurs de compagnie. Rats, gerbilles, souris et cochons d’Inde ont ainsi été passés à la loupe après avoir été mis à l’écart de leurs semblables. Les conclusions nous permettent d’y voir plus clair.

    Chez les rats, quel que soit l’âge, la solitude cause une augmentation de la timidité, mais aussi de la propension à l’agressivité. Cependant, s’ils sont ensuite placés auprès de congénères pour développer des rapports sociaux, ces effets disparaissent généralement peu à peu, ils prennent confiance en eux et sont plus pacifiques.

    Il existe toutefois des conditions dans lesquelles les conséquences sont irréversibles. C’est le cas lorsque les juvéniles, ou ratons, sont isolés du reste du groupe avant l’âge de 50 jours, soit à près de deux mois. Mais si de brèves tranches quotidiennes leur permettent d’entrer en contact avec leurs semblables, avec lesquels se livrer à des séances agitées de courses-poursuites, la mise à l’écart n’a pas d’effet nocif sur eux.

    Comportement : les conséquences de l'isolement des rats, gerbilles, souris et cochons d'IndeEn comparant les effets de l’isolement du rat à celui de la gerbille, de la souris et du cochon d’Inde, il est apparu que les autres rongeurs observés réagissaient de façon différente. En effet, ces derniers n’ont aucune prédisposition pour les jeux sociaux élaborés. Le hamster aime vivre seul par nature, en dehors de la période de la reproduction, le cochon d’Inde aime jouer avec les siens, mais cela réside en de brefs rapports quotidiens.

    Seule la souris aurait pu, de prime abord, sembler avoir des rapports sociaux se rapprochant de ceux du rat. Pourtant, celle-ci ne semble pas jouer beaucoup avec ses congénères. Or, chez le rat, la propension à établir des jeux à vocation sociale est particulièrement développée, ce qui semble être l’explication des conséquences engendrées lorsqu’il en est privé avant 50 jours.

    Si vous doutiez encore de l’intérêt de le maintenir en groupe, il semble que la science vienne faire pencher la balance en faveur des jeux collectifs. Il ne vous reste donc qu’à former votre petite équipe au sans plus attendre.

    Comportement : les conséquences de l'isolement des rats, gerbilles, souris et cochons d'Inde

    Source : http://onlinelibrary.wiley.com/

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015