Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)
    février 2016
    L M M J V S D
    « Jan   Mar »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    29  

    Le boa caoutchouc, ou boa de gomme (Charina bottae), son nom lui va comme un gant

    Le boa caoutchouc, ou boa de gomme (Charina bottae), un nom qui lui va comme un gantLe boa caoutchouc, ou boa de gomme (Charina bottae), a été découvert en 1820 par le médecin Paolo Emilio Botta, en Californie. Il est également présent aux Etats Unis, en Colombie Britannique et au Canada, dans les déserts herbeux ou les forêts boisées ouvertes.

    Il en existe trois sous-espèces :

    • Charina bottae bottae
    • Charina bottae uthaensis
    • Charina bottae umbratica.

    Ce serpent mesure environ 60 cm, mais peut en atteindre 75 et vivre près de 30 ans. Son corps épais n’excède pas 150 g chez le mâle, qui se distingue aussi par un ergot noir placé de part et d’autre du cloaque. La femelle est plus longue, lourde et épaisse. Ses ergots sont beaucoup moins visibles, voire inexistants. Les yeux sont de petite taille et donc difficiles à distinguer de loin chez les deux sexes. La peau, légèrement lâche et plissée, a un aspect proche de celui du caoutchouc, aussi son nom lui va-t-il comme un gant.

    Le boa caoutchouc, ou boa de gomme (Charina bottae), un nom qui lui va comme un gantSa tête n’est pas démarquée et l’extrémité de sa queue est arrondie, ce qui lui permet de l’utiliser comme un leurre. Lorsqu’il se sent menacé, il cache ainsi sa tête pour dresser le bout de sa queue, ses prédateurs la confondant alors avec une tête. Il peut aussi libérer une odeur nauséabonde, son arme ultime étant donné qu’il ne peut pas mordre. En dehors de cela, il est moins habile que d’autres espèces lorsqu’il s’agit de masquer sa fuite ou sa position.

    C’est un reptile crépusculaire et nocturne qui se déplace lentement. Durant la journée, il s’abrite généralement près d’une source d’eau, se cachant sous des roches, des débris de bois ou un tapis de feuilles. Il préfère les températures fraîches. Pour maintenir une température corporelle acceptable, il est aussi capable de sélectionner les pierres sous lesquelles s’abriter suivant leur épaisseur.

    En captivité, il ne nécessite pas un espace immense. Etant donné sa petite taille et sa nature sédentaire, un terrarium de 80 litres suffit. 21 à 26 °C au point chaud et 15 à 19 °C au point froid sont à prévoir durant la journée. Une quinzaine de degrés conviennent durant la nuit. Il supporte mal les températures élevées, et peut radicalement cesser de s’alimenter dès 30 °C. Un récipient d’eau propre lui permet de se baigner. Un taux d’hygrométrie de 50 à 60 % doit être assuré.

    Le boa caoutchouc, ou boa de gomme (Charina bottae), un nom qui lui va comme un gantC’est un véritable boa doté de capacités de constriction dignes de ce nom, tout comme l’Anaconda ou le python réticulé. Il se nourrit principalement de rongeurs dans la nature, notamment de souris ou de musaraignes, mais consomme également lézards, serpents, salamandres, œufs et petits oiseaux. Il n’a pas pour autant un appétit dévorant.

    Lorsqu’il chasse les rongeurs juvéniles, il utilise sa queue pour tenir la mère à distance, aussi celle-ci est-elle souvent marquée de traces de morsure. Il se nourrit au sol, mais pas uniquement, car il est capable de nager et grimper aux arbres.

    Il s’accouple au printemps, en avril ou en mai, après une période d’hivernage de trois mois dans l’obscurité (à 12 °C), et sa gestation dure 90 à 100 jours. Elle se prolonge jusqu’à la mi-août, voire le mois de novembre suivant la zone géographique dans laquelle il se trouve.

    Le boa caoutchouc, ou boa de gomme (Charina bottae), un nom qui lui va comme un gantC’est une espèce vivipare. La femelle donne donc directement naissance à deux à huit petits plutôt que de pondre des œufs. Les adultes sont de brun-vert à vert olive, avec un ventre jaune pâle à jaune orangé. Les juvéniles sont rosés, ce qui les fait ressembler à des vers de terre (cf photo ci-contre à droite).

    Ils sont sexuellement matures vers l’âge de deux ans. Cependant, la femelle ne peut mettre au monde des serpenteaux qu’une fois tous les quatre ans, ce qui s’explique en partie par le faible niveau d’activité de cette espèce, cela réclamant beaucoup d’énergie.

    L’urbanisation et la proximité des routes réduisent singulièrement sa population à l’état sauvage, mais au regard de l’UICN, il fait l’objet d’une faible préoccupation à l’heure actuelle. Il peut convenir à un débutant.

    Le boa caoutchouc, ou boa de gomme (Charina bottae), un nom qui lui va comme un gant

    Sources :

    http://imnh.isu.edu/

    http://www.saczoo.org/

    https://www.reddit.com/

    http://www.bcreptiles.ca/

    http://www.reptilescanada.com/

    http://www.fieldherpforum.com/

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015