Catégories
Image de la semaine
Archives (par date)

Le Perroquet de Meyer, ou Poicephalus meyeri meyeri

Le Perroquet de Meyer, ou Poicephalus meyeri meyeriLe perroquet de Meyer, ou Poicephalus meyeri meyeri, est originaire d’Afrique Centrale et d’Afrique de l’Est. On le rencontre du Tchad jusqu’à l’ouest de l’Ethiopie. Il doit son nom à un naturaliste allemand, Berhard Meyer.

Il en existe plusieurs sous-espèces que l’on distingue par la présence plus ou moins prononcée de jaune sur leur couronne et leurs ailes et la couleur de leur ventre :

  • Poicephalus meyeri meyeri (un peu de jaune sur la tête et un ventre qui tire sur le turquoise, cf photo à la fin de ce sujet)
  • Poicephalus meyeri saturatus (du jaune sur la tête et un ventre vert)
  • Poicephalus meyeri trasvaalensis (du jaune sur la tête et un ventre verdâtre)
  • Poicephalus meyeri matschiei (du jaune sur la tête et un ventre bleu vif)
  • Poicephalus meyeri damarensis (pas de jaune sur la tête et ventre turquoise)
  • Poicephalus meyeri reichenowi (pas de jaune sur la tête et ventre turquoise).

Le Perroquet de Meyer, ou Poicephalus meyeri meyeriCe petit perroquet fait partie de la famille du Youyou du Sénégal (Poicephalus senegalus). Il mesure 21 cm et pèse entre 90 et 135 g. Le plumage est gris brun, strié de jaune au niveau de la couronne. Le bas de la poitrine le dessous de la queue et le croupion sont d’un doux vert bleuté. Les cuisses sont jaunes ainsi que le pli des ailes. Le dessous des ailes est gris teinté de jaune et la queue brune. Son bec est gris foncé, avec des cires brunes et dénudées. Le sexage est possible à l’œil nu pour une personne expérimentée, car la tête du mâle est légèrement plus plate sur le dessus, plus large, et son bec est plus gros que celui de la femelle. Mais en général, un test ADN est pratiqué par sécurité.

Dans son milieu d’origine, il vit en couple ou en petite colonie. Plus la nourriture est abondante sur un site, plus le groupe est important. Il niche dans les cavités des troncs d’arbre. En captivité, il a besoin d’une cage d’au moins 70 cm de côté, dont les barreaux sont horizontaux, pour pouvoir escalader à loisir. Les perchoirs intérieurs doivent avoir différents diamètres, pour muscler les pattes de ce petit sportif. Son régime alimentaire doit comprendre un mélange de graines pour Poicephalus des noix, des fruits, des légumes et des baies. Il adore le millet, qu’il soit blanc, rouge ou jaune. Des légumes tels que concombres, petits pois, épis de maïs frais, carottes, laitue, feuilles d’épinards, haricots verts et tomates sont conseillés également. Dans la nature, il consomme parfois aussi des insectes.

Le Perroquet de Meyer, ou Poicephalus meyeri meyeriC’est un excellent compagnon pour quiconque désire adopter un petit psittacidé. Son cri est assez aigu, mais c’est un petit être paisible, qui ne fait pas plus de bruit qu’un autre perroquet. Avec de la patience, il peut réussir à apprendre quelques mots. Il est très affectueux envers son humain, et sait aussi s’habituer aux enfants. Il faut lui consacrer du temps, car il ne saurait vivre seul et adore la compagnie.

Pour lui permettre de se reproduire en captivité, il faut attendre que le couple ait trois ou quatre ans. La reproduction sous nos latitudes a lieu en hiver. La femelle pond trois ou quatre œufs, à deux jours d’intervalle. Elle commence à couver dès le second, pour une durée de 26 à 27 jours. Neuf à dix semaines après leur naissance, les petits quittent le nid. Ils sont sevrés au bout de douze ou treize semaines. Ils n’auront leur plumage d’adulte qu’à partir de 18 mois. Jusque là, distinguer une sous-espèce d’une autre est purement hasardeux. Un nid-boîte aux mêmes dimensions que celui du youyou du Sénégal est recommandé. Le fond doit être couvert de copeaux de bois.

Cette espèce est en appendice II de la CITES. Sa détention ne nécessite pas d’autorisation. Bien que n’ayant pas été quantifiée dans la nature, elle semble stable en terme de population et encore relativement commune.

Le Perroquet de Meyer, ou Poicephalus meyeri meyeri

Sources :

http://www.parrots.org/index.php/

http://www.wingscc.com/

http://www.birdlife.org/

http://animal-world.com/

http://parrotcare.tropicalpets.com/

http://www.avesint.com/

http://www.avianweb.com/

5 réponses à Le Perroquet de Meyer, ou Poicephalus meyeri meyeri

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Animogen 2015