Catégories
Image de la semaine
Archives (par date)

Le Discus, ou Symphysodon aequifasciatus

Le discus, ou Symphysodon aequifasciatusLe Discus, ou Symphysodon aequifasciatus, est originaire du bassin de l’Amazone. Il fait partie de la famille des Cichlidés. C’est Pellegrin qui l’a identifié en 1904. Trois groupes se distinguent : le Discus commun (aequifasciatus Symphysodon), le Discus Heckel (Symphysodon discus ) et le tarzoo Symphysodon.

C’est un poisson dont le corps plat et comprimé semble former un disque, d’où son nom. Il peut présenter une large palette de couleurs, du bleu au blanc en passant par le violet, l’orange, le rouge, le vert ou le jaune, et arbore souvent de somptueuses marbrures qui lui confèrent un magnifique aspect tribal. Dans la nature, il mange à peu près tout ce qui est permis par la taille de sa bouche. Il peut mesurer jusqu’à 20 cm et vivre 10 à 15 ans.

Le discus, ou Symphysodon aequifasciatusCe n’est pas une espèce destinée aux débutants, car elle reste assez délicate à maintenir. Il lui faut d’excellents paramètres et une température plus élevée que celle de la plupart des autres sujets tropicaux. Comptez entre 70 et 100 litres par poisson, dans une eau à une température de 28 °C dont le pH sera de 6,2 à 6,9. C’est pourquoi un bac spécifique est tout indiqué. Il fait aussi partie des poissons d’eau douce les plus chers du marché.

Sociable, il préfère la sécurité de la vie en groupe. Cinq Discus permettent d’établir une hiérarchie stable dans le groupe, mais il est possible d’aller au-delà si le bac le permet. Néanmoins, de petites espèces pacifiques peuvent lui être associées en évitant celles à longues nageoires, qu’il aurait tendance à grignoter. Son alimentation doit être variée (paillettes et différentes sortes de nourriture fraîche et surgelée) et inclure de la nourriture vivante, plus riche en nutriments.

Le discus, ou Symphysodon aequifasciatusLe sexe est visible à la forme des papilles génitales, pointues chez le mâle et rondes chez la femelle. Pour qu’un couple se reproduise dans de bonnes conditions, il faut l’héberger à part, dans un bac d’au moins une centaine de litres. et attendez. Lorsque la femelle pond, elle a besoin d’une surface plate et verticale. Il faut donc placer un cône en argile sur le fond. Il est régulièrement disponible dans les magasins d’aquariophilie. Une fois les œufs déposés sur la surface prévue, le mâle vient les féconder. A partir de là, les deux parents protègent leur progéniture. Trois jours plus tard, les petits naissent. Les parents sécrètent un mucus pour les nourrir, mais il faut également prévoir de leur donner des nauplies d’artémias.

Si vous avez le courage et les moyens de vous lancer dans son élevage, le Discus saura vous remercier de bien des façons. Les couleurs sont nombreuses et cette espèce sait se montrer familière et « amicale », allant parfois jusqu’à manger dans la main de son détenteur. Mais n’achetez pas de sujet de moins de 8 à 10 cm de diamètre. Ce poisson étant aussi beau que fragile, les sujets les plus matures sont aussi les plus faciles à maintenir.

Le discus, ou Symphysodon aequifasciatus

Sources :

http://www.fishlore.com/

http://thegenusgenius.com/

http://www.gcca.net/

10 réponses à Le Discus, ou Symphysodon aequifasciatus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Animogen 2015