Catégories
Image de la semaine
Archives (par date)
mai 2017
L M M J V S D
« Avr    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Nous nourrissons mal nos chats, la science accuse

Nous nourrissons mal nos chats, la science accuseNous ne nourrissons pas correctement nos chats. A en croire une récente étude scientifique, nos pratiques favoriseraient même l’excès de poids.

L’un des problèmes majeurs des félins dans nos maisons, est l’embonpoint. Les ventes de croquettes allégées ne se sont jamais aussi bien portées, au détriment de notre portefeuille, qui tend à s’alléger en même temps que les kilos supposés disparaître de la balance de nos amis moustachus.

Le mode de vie moderne des chats apprivoisés ne correspond généralement pas à celui pour lequel ils ont été conçus. La reproduction sélective liée au processus de domestication a été limitée chez eux, aussi ont-ils conservé l’instinct de chasser.

Nous nourrissons mal nos chats, la science accuseEn ce qui concerne le nombre de repas, vétérinaires et éleveurs préconisent généralement de diviser la ration journalière en deux. Or, les scientifiques se sont aperçu que cela ne correspondait pas du tout au rythme d’alimentation des félins dans la nature.

Selon eux, cinq repas quotidiens devraient composer le menu de nos compagnons, ceci comprenant la nuit. Ils affirment que se limiter à deux portions incite nos félins à se jeter sur la nourriture et manger en quantité, donc surconsommer, car la sensation de satiété se trouve bloquée. En revanche, les cinq services préconisés seraient en adéquation avec le rythme biologique des chats, qui chassent de jour comme de nuit.

Lorsque l’on sait qu’à l’extérieur, un félin passe près de 12/24 h à la recherche de nourriture, une évidence apparaît. Le fait de multiplier les distributions de nourriture n’est pas suffisant pour le satisfaire. Des repas servis « prêts à consommer » à heure fixe sont moins stimulants qu’une quête aléatoire dans la nature. C’est pourquoi les individus vivant en appartement souffrent souvent d’ennui.

Dès lors, le recours à des méthodes de stimulation alternatives devient nécessaire, que ce soit au moyen de casse-tête de distribution alimentaire (les jouets de foraging) ou de distributeurs programmables (y compris en variant les horaires). Il est d’ailleurs possible de combiner les deux, pour que chaque repas devienne une nouvelle aventure. L’eau devrait quant à elle être servie à l’écart des denrées alimentaires, car au fil de l’évolution, les félins ont compris qu’elle peut être contaminée lorsqu’elle est proche de la nourriture.

Une chose est sûre, nous avons encore beaucoup à apprendre pour prendre soin d’eux de la meilleure façon possible.

Nous nourrissons mal nos chats, la science accuse

Sources :

http://gizmodo.com/

http://www.pet-happy.com/

http://www.dailymail.co.uk/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Animogen 2015