Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)
    octobre 2016
    L M M J V S D
    « Sep   Nov »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  

    Cacatoès : ce qu’il faut savoir avant de l’adopter

    Cacatoès : ce qu'il faut savoir avant de l'adopterDe tous les perroquets natifs d’Australie, les Cacatoès sont sans doute ceux qui présentent la plus large palette d’aspects, tailles et couleurs. Leur principale caractéristique est cette fameuse huppe, qu’ils s’exhibent fièrement au gré de leur humeur, l’abaissant ou la relevant à volonté. La plupart sont blancs, mais certains ont une pointe de rose, de jaune ou une huppe d’une couleur différente de celle de leur corps.

    Ils vivent en colonie à l’état sauvage, se nourrissant de graines, noix et fruits, qu’ils dérobent volontiers dans les champs cultivés, pour lesquels ils représentent une véritable menace. La famille des Cacatoès compte quelques 17 espèces, dont la taille varie entre 30 et 68 cm. La Calopsitte est la plus petite représentante du genre, mais nous allons volontairement l’exclure du profil établi ici, pour nous concentrer sur les plus grandes. Les variétés pouvant être détenues en captivité, comme le Cacatoès rosalbin (Cacatua roseicapilla), le Cacatoès à huppe blanche (Cacatua alba), le Cacatoès à huppe jaune (Cacatua galerita) ou le Cacatoès soufré (Cacatua sulphurea) laissent un choix très vaste.

    Cacatoès : ce qu'il faut savoir avant de l'adopterLes Cacatoès ne sont pas des peluches, mais des oiseaux au caractère fort. Avant de se décider à adopter l’un d’entre eux, il convient de connaître certains points. Les problèmes comportementaux ne sont pas rares. La plupart sont en général des oiseaux particulièrement bruyants. S’ils n’obtiennent pas ce qu’ils veulent au moment ils l’exigent, cela peut donner lieu à des hurlement parfois insoutenables, car leur voix est très puissante. Il faut donc d’une part pouvoir résister à cela, d’autre part pouvoir y faire face, en mettant en place des règles de vie strictes auxquelles il n’est nullement question de déroger, sous peine de les voir voler en éclats. Lorsqu’ils sont bien élevés, ils sont adorables et affectueux, mais dans le cas contraire, ils peuvent faire vivre un véritable cauchemar à leur détenteur.

    Le picage est l’un des troubles qu’ils peuvent présenter dans le cadre de la vie en captivité, car ils sont très attachés à leur humain, trop le plus souvent, ce qui entraîne parfois de grosses crises de déprime dont le plumage fait les frais, notamment en cas de séparation temporaire.

    En ce qui concerne l’alimentation, il est préférable de baser leur régime sur l’apport quotidien de granulés, des fruits et légumes frais et différents compléments tels que des pâtes complètes ou du riz, le tout sans assaisonnement. Partager les repas de leur famille humaine est incontournable pour leur permettre de s’y intégrer et se sentir bien dans leurs plumes. Les produits laitiers écrémés peuvent leur être donnés de temps en temps, en faibles quantités, car ils présentent une faible teneur en lactose.

    La cage des Cacatoès requiert un grand espace. Un minimum de 100 X 180 X 160 cm est indispensable pour qu’ils soient confortablement installés. La panoplie des jeux mis à leur disposition doit être opulente, étant donné leur goût pour la mise pièce des éléments en bois. Cela a un coût qu’il faut envisager pour ne pas être pris au dépourvu, car il faudra régulièrement en renouveler le stock. En supplément, une grande aire de jeu est idéale hors de la cage, afin de leur permettre de s’occuper lorsqu’ils en sortent, chaque jour. Ils apprécient souvent le bain, qu’il s’agisse de se plonger dans l’eau ou d’être pulvérisés à outrance, bien que dans ce domaine, chacun affiche des goûts très marqués.

    En résumé, ce sont sans nul doute les plus bruyants de tous les perroquets, même si les variétés les plus petites, comme les Cacatoès rosalbins, sont plus calmes. Ils sont câlins à outrance, mais peuvent tout autant se montrer invivables si tout leur est permis. Une personne vivant en appartement ne devrait pas faire le choix des Cacatoès. D’ailleurs, il ne faut pas se laisser aveugler par leur beauté naturelle, car ce ne sont pas des oiseaux pour tout un chacun.

    Il ne faut pas hésiter à soigneusement se renseigner, notamment auprès de personnes en détenant ou en ayant déjà eu, pour se faire un avis objectif des implications d’un tel engagement et épargner de gros ennuis, à la fois aux animaux et à soi. Enfin, il faut penser à vérifier avant l’adoption si une quelconque autorisation est nécessaire pour détenir la variété choisie, légalement. Nul n’est sensé ignorer la loi, aussi en cas de contrôle les risques de saisie ou d’amende sont-ils grands.

    Cacatoès : ce qu'il faut savoir avant de l'adopter

    Sources :

    http://www.pets4homes.co.uk/

    http://www.whitecockatoo.com/

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015