Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)
    février 2016
    L M M J V S D
    « Jan   Mar »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    29  

    Le bien-être de la Ménagerie du Jardin des Plantes

    Le bien-être de la Ménagerie du Jardin des PlantesDès que l’on pénètre dans la Ménagerie du Jardin des Plantes, on se sent immédiatement enveloppé par une végétation dense et abondante.

    Cette végétation clôture la Ménagerie, court le long des allées et prend d’assaut les élégantes volières anciennes hantées par les oreilles duveteuses d’un hibou grand duc ou la blancheur d’une chouette harfang.

    Elle dévoile aussi de temps à autre de curieuses petites maisons faites de rondins et torchis au toit de chaume, d’où l’on s’attendrait à voir sortir les Sept Nains…

    Niché en plein cœur de Paris et pourtant séparé du tohu-bohu citadin, cet îlot végétal nous tient immédiatement sous son charme et semble tirer toute sa densité et son épaisseur du fond des âges.

    Le bien-être de la Ménagerie du Jardin des PlantesLe bien-être de la Ménagerie du Jardin des Plantes

    Né en 1794, ce petit parc zoologique de 5,5 hectares semble en effet défier le temps. Parfait pour un lieu de promenade ou une immersion végétale, est-il conforme pour autant à sa vocation première qui est d’accueillir des animaux et de s’assurer de leur bien-être ? Les petites maisons ou fabriques qui servent d’abri à certains pensionnaires datent de 1802, la plupart des installations sont vétustes et leur conception ne correspond plus du tout aux nouvelles normes du bien-être animal…Tout se passe comme si la démarche du zoo s’en trouvait essoufflée, ralentie par le poids des années, comme celle de ses plus anciennes pensionnaires, les vénérables et centenaires tortues géantes des Seychelles.

    Le bien-être de la Ménagerie du Jardin des PlantesLe bien-être de la Ménagerie du Jardin des Plantes

    Si la Ménagerie a vu au fil du temps ses pensionnaires les plus grands et ses attractions les plus exotiques quitter le navire, elle a su conserver cependant un atout pour maintenir son cap : Nénette. Orang-outan femelle née à Bornéo, âgée de 45 ans, pensionnaire de la Ménagerie depuis 1972, mère de quatre fils, Nénette est la star incontestée de la Singerie et la mascotte du zoo. Sans elle, sans ses pitreries, ses grimaces ou ses facéties, la Ménagerie perdrait son âme…
    Le bien-être de la Ménagerie du Jardin des Plantes

    Le bien-être de la Ménagerie du Jardin des PlantesLe bien-être de la Ménagerie du Jardin des Plantes

    Nénette n’est pas seulement l’ancre qui empêche la Ménagerie de partir à la dérive, elle est aussi celle qui lui permet de reprendre la mer. Car dans le sillage de Nénette, la Ménagerie embarque sur la piste des grands singes, l’aventure des primatologues du Muséum d’Histoire Naturelle. Ainsi, une ancienne aire de jeu attenant à la Singerie aujourd’hui inutilisée a été reconvertie en jardin de plantes médicinales que l’on sait exploitées par les grands singes dans la forêt tropicale. Ces plantes sont proposées à Nénette et ses compagnes Théodora et Tamu pour voir comment elles sélectionnent les plantes et quel usage elles en font. La Ménagerie est donc également un laboratoire de recherche éthologique sur les singes en captivité, qui collabore étroitement avec le laboratoire de recherche de Sébitoli sur les primates sauvages en Ouganda.

    Le bien-être de la Ménagerie du Jardin des PlantesLe bien-être de la Ménagerie du Jardin des Plantes

    Non seulement notre indétrônable Nénette est un indicateur de la bonne santé de la Ménagerie puisqu’elle témoigne de son ouverture sur le monde, mais elle est également le point de départ de sa nouvelle ordonnance. La rénovation totale et spectaculaire de l’ancien zoo de Vincennes et le choix des biozones qui le constitue dorénavant, a produit par onde de choc sur la petite Ménagerie un effet cascade. Afin que les deux zoos parisiens soient complémentaires, étant tous deux gérés par le Muséum d’Histoire Naturelle, la Ménagerie du Jardin des Plantes assume désormais le rôle d’une biozone absente du grand Parc Zoologique, celui de la biozone Asie. D’où la confirmation ou la mise en place de programmes de conservation concernant le cheval de Przewalski, du chat de Pallas, de l’outarde houbara d’Asie, du gaur ou du takin.

    Le bien-être de la Ménagerie du Jardin des PlantesLe bien-être de la Ménagerie du Jardin des Plantes

    Le Muséum attache une importance toute particulière au maintien de quelques félins dans la Ménagerie, puisque l’élégante Fauverie de style Art-déco a été restaurée et rénovée en 2012 pour accueillir de manière satisfaisante un couple de panthères longibandes, Karu la magnifique panthère des neiges et Tao et Leila les panthères de Chine, nouveaux joyaux du parc. Seuls deux autres zoos en France avec la Ménagerie peuvent s’enorgueillir d’accueillir des spécimens de panthère de Chine, devenues extrêmement rare à l’état sauvage.

    Le bien-être de la Ménagerie du Jardin des PlantesLe bien-être de la Ménagerie du Jardin des Plantes

    Contrairement à celle du Parc Zoologique de Paris, la rénovation de la Ménagerie des Plantes n’a pas lieu de manière radicale. De concert avec celle de l’ancien zoo de Vincennes, elle s’opère néanmoins de manière discrète et beaucoup plus progressive. Sans faire table rase de ce qui la constitue depuis plus de deux siècles, la Ménagerie développe ses nouveaux programmes sur ses racines. Conserver Nénette et son architecture d’époque classée font partie intrinsèque de sa régénérescence.

    Le bien-être de la Ménagerie du Jardin des Plantes

    D’ailleurs, un concours d’architecture est ouvert au public depuis 2015 pour imaginer la conception (dans le respect de l’architecture classée) de la structure métallique d’une « volière » de cinq cents mètres carrés sur une hauteur de quinze mètres. Projet estimé à deux millions d’euros, cette volière est destinée à accueillir plus largement les orangs-outans de la Ménagerie. Dans ce nouvel espace dédié à leur bien-être qui allierait fonctionnalité, élégance, modernité et tradition, Nénette et la Ménagerie auraient encore de beaux jours devant elles…

    Le bien-être de la Ménagerie du Jardin des Plantes

    Source : Christine

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015