Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)

    Comportement : la vie est-elle plus enrichissante seule ou à deux pour les Amazones ?

    Comportement : la vie est-elle plus enrichissante seule ou à deux pour les Amazones ?Lors d’une étude menée en 2003, une hypothèse relative à l’isolement des congénères a été avancée concernant les perroquets. Les scientifiques ont alors suggéré que l’apparition de troubles du comportement chez les psittacidés vivant en captivité, qu’il s’agisse de picage, peur, agressivité ou stéréotypie, pouvait être étroitement lié au fait de ne pas se trouver auprès d’un congénère.

    L’étude a été menée avec des Amazones à ailes oranges (Amazona amazonica). Dans le cadre de celle-ci, 21 psittacidés ont été élevés jusqu’à 6 mois, puis maintenus à deux ou avec un sujet du même sexe (couple isosexuel). Dans chaque cage, les perroquets étaient régulièrement manipulés et des activités d’enrichissement proposées et régulièrement renouvelées.

    Comportement : la vie est-elle plus enrichissante seule ou à deux pour les Amazones ?0, 3, 6 et 12 mois après leur placement en cage expérimentale, leur activité comportementale a été évaluée (autrement dit leur volonté d’approcher, leur tolérance au toucher, leur distance de vol, etc), ainsi que la réponse à la manipulation par des humains connus ou non et à l’introduction de nouveaux objets. Les psittacidés vivant à deux ont davantage utilisé les jouets d’enrichissement proposés et passé moins de temps à crier que ceux maintenus individuellement. Dans les deux groupes, les oiseaux ont progressivement passé moins de temps à marcher, grimper ou voler au fil du temps, mais cela était plus flagrant encore chez les oiseaux solitaires.

    De plus, aucun des perroquets vivant avec un congénère n’a développé de comportement stéréotypé en douze mois, tandis que dans le même délai, plus de la moitié de ceux vivant seuls. Dans les deux groupes, la réaction lors de la manipulation par un humain familier a été similaire. Cependant, les oiseaux vivant à deux se sont montrés moins agressifs et méfiants vis à vis des inconnus. Ceux-ci ont également affiché beaucoup moins d’appréhension face à de nouveaux jouets, lorsqu’ils étaient testés ensemble.

    Toutefois, aucun des psittacidés vivant seul n’a présenté de blessure, contrairement à 21 % de ceux vivant à deux, sans mise en cause des rapports entre les intéressés. Les oiseaux vivant en couple ont également manifesté un comportement plus actif et diversifié, sans aucune réaction de peur stéréotypée face à la nouveauté. Le risque de tomber malade ou se blesser ne présente pas une grande différence, ce qui ne nuit apparemment pas à leur faculté d’établir des rapports positifs avec l’homme. Il ressort donc de ces travaux que les oiseaux vivant en couple ont une qualité de vie et un bien être largement supérieur à celui des sujets vivants seuls en captivité. Les troubles du comportement leur sont par ailleurs étrangers, ce qui donne un motif de plus, s’il en est besoin, de favoriser le maintien de nos perroquets en groupe, voire en couple.

    Comportement : la vie est-elle plus enrichissante seule ou à deux pour les Amazones ?

    Source :  » Applied Animal Behaviour Science  » , Volume 81, Issue 1.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015