Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)

    Le perroquet en captivité est-il un animal de routine ?

    Le perroquet en captivité est-il un animal de routine ?Le perroquet en captivité peut difficilement échapper à la routine.

    Avec un espace d’exploration restreint (même s’il est en liberté dans une maison ou installé dans une grande volière), avec une alimentation dont la variété est loin d’égaler celle des ressources qu’offre la nature, la vie du perroquet en captivité est régie bien souvent par un calendrier journalier pauvre et réglé comme du papier à musique.

    Les heures du lever et des activités hors de la cage, celles des repas et celle du coucher s’enchaînent bien souvent de manière serrée pour notre ami à plumes sans laisser la plus petite chance à l’imprévu, la surprise ou à la nouveauté de s’immiscer.

    Pour prévenir les problèmes de comportement découlant de l’abattement ou de la « frustration d’activité » qu’entraînerait une routine pesante trop bien huilée, il est recommandé d’enrichir l’environnement dans lequel évolue notre perroquet. Renouveler les jouets le plus souvent possible, déplacer régulièrement les perchoirs et les mangeoires, rendre la nourriture moins immédiatement accessible (foraging) sont autant de moyens de maintenir les sens et la curiosité de notre compagnon en éveil, permettant de briser efficacement la routine et la monotonie de ses journées.

    Le perroquet en captivité est-il un animal de routine ?Mais la routine ne doit pas pour autant être bannie purement et simplement de la vie de notre oiseau.

    Toutes les habitudes ne sont pas imposées, elles sont parfois recherchées par l’oiseau.

    Irène Pepperberg a très vite renoncé à emmener chez elle son Gris du Gabon Alex, car s’il ressentait parfois la pesanteur de la routine du laboratoire, il se sentait néanmoins perdu sans elle, au point de réclamer en boucle de rentrer « à la maison »(« go home »).

    La routine peut exercer un certain attrait sur notre compagnon à plumes car la répétition périodique, voire quotidienne, de certains gestes ou de leur enchaînement lui permet de trouver ses repères en s’ancrant dans l’espace et dans le temps. La routine est alors perçue comme rassurante par le psittacidé, et lui devient bénéfique.

    Le perroquet en captivité est-il un animal de routine ?Le fait que Bob, mon Amazone à front blanc, monte systématiquement d’un étage pour aller se percher sur l’ordinateur après la douche est une habitude qui s’explique aisément par une raison d’ordre pratique : il va se sécher dans une pièce plus chaude et plus ensoleillée.

    Mais lorsqu’il passe chaque matin de longs moments sur une certaine cheminée, et qu’il se perche chaque soir sur un meuble situé à l’opposé dans la même pièce, aucune raison apparente ne semble orienter ces choix.

    Qui d’entre nous n’a déjà observé son perroquet s’installer avec une prédilection tenace sur certains perchoirs le matin pour en fréquenter d’autres le soir avec la même détermination, sans en comprendre la cause ni la fonction ? Pourtant ce comportement n’est pas insensé, car tout se passe comme si notre oiseau structurait sa journée en associant un lieu et un temps dans une action particulière délibérée et répétitive.

    Le perroquet en captivité est-il un animal de routine ?La routine peut même se transformer en véritable action rituelle, lorsque le geste cérémonial exige une participation extérieure.

    Chaque jour, après le déjeuner, Bob me sollicite pour accomplir un geste auquel il est particulièrement attaché : il passe derrière le rideau de la cuisine pour monter sur ma main, puis nous regardons par la fenêtre. La curiosité et le goût de l’exploration ne justifient plus ce geste depuis longtemps, geste que Bob accomplit pourtant avec une dévotion très intense.

    De même lorsqu’il se pose sur le tapis du salon en appelant de manière singulière (à défaut de parler), je suis invitée à le rejoindre en m’asseyant sur le sol pendant qu’il trace un cercle autour de moi …en marchant à reculons !

    La répétition délibérée de ces gestes confinant parfois à la bizarrerie a sa raison d’être et ne doit pas nous inquiéter. Les comportements routiniers ou rituels ne sont pas des comportements stéréotypiques, dans la mesure où ils n’expriment pas une déviance comme le picage par exemple.

    Une routine choisie sera au contraire apaisante et renforcera le sentiment de sécurité, car elle permettra à l’oiseau de se construire en s’appropriant les dimensions espace-temps de l’environnement dans lequel il est tenu d’évoluer.

    Source : Christine

    Le perroquet en captivité est-il un animal de routine ?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015