Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)
    décembre 2015
    L M M J V S D
    « Nov   Jan »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  

    Le poisson grenouille, un compagnon récifal hors normes

    Le poisson grenouille, un compagnon récifal hors normesLe poisson grenouille est un animal curieux qui ravira les amoureux de la singularité en eau de mer.

    On le rencontre dans les mers des Tropiques, au Mexique, dans la Mer Rouge et le Golfe Persique, mais la plupart des espèces rayonnent dans l’archipel indo-australien. En revanche, il n’a pas été observé en Méditerranée.

    Doté d’une queue de poisson à l’arrière du corps, il est pourvu de nageoires préhensiles à l’avant, qu’il utilise à la fois comme des mains et des jambes pour ramper sur le sable et se maintenir sur les roches. Des touffes de poils sont aussi visibles sur sa peau, auxquelles s’ajoutent de nombreuses taches aux couleurs variées, lui permettant de se fondre aisément dans son environnement, les fonds coralliens. Suivant les variétés, il peut atteindre 5 à 30 cm.

    Le poisson grenouille, un compagnon récifal hors normesSon mode de locomotion est tout aussi bizarre que son aspect et nager n’est pas ce qu’il fait le mieux. Il peut se déplacer de trois façons différentes. Il peut nager, en utilisant les battements de sa nageoire caudale. Cette technique porte le nom de «natation subcarangiforme». Il peut également recourir aux muscles élargis de sa cavité buccale et ses branchies massives pour pomper l’eau et nager par propulsion. Enfin, il peut marcher grâce à ses nageoires pectorales et pelviennes musclées, qu’il utilisent comme un tétrapode. Cet animal est donc plein de ressources.

    C’est un Lophiiphorme, un genre qui regroupe 80 espèces réparties en 15 genres. Seuls Antennarius et Histrio sont régulièrement disponibles en aquariophilie. Tous ont vers l’avant de la tête une épine dorsale qui porte le nom d’illicium et joue le rôle d’une petite canne à pêche, grâce à l’esca qu’il agite comme appât. La peau est couverte d’écailles qui ont évolué sous la forme de «spinules dermiques» , mais aussi de lambeaux de peau et de filaments plus ou moins développés (ex: Antennarius striatus) donnant l’impression qu’il porte des poils (cf dernière photo de ce sujet). Ajoutons à cela les teintes rouge, jaune et orange qu’il peut revêtir et nous comprenons pourquoi il est le roi du déguisement et peut se fondre totalement dans les récifs, pour mieux surprendre ses proies.

    Le poisson grenouille, un compagnon récifal hors normesCar ce poisson étrange est un prédateur, agressif de surcroît. Il mime l’apparence d’un rocher, d’une éponge ou d’un corail. Il agite ensuite son leurre et lorsqu’une proie s’en approche suffisamment, bondit et l’avale. Il peut rester immobile durant de longues périodes, car activer son appât n’exige pas une grande dépense énergétique. Son régime alimentaire est constitué de poissons, crabes et crevettes. En captivité, il faut le nourrir une à deux fois par semaine de proies vivantes n’excédant pas 30 % de la taille de son corps. Des proies variées doivent lui être régulièrement proposées, sous peine de le voir cesser de s’alimenter puis mourir de faim.

    Il n’est pas possible de l’associer à des poissons de petite taille, comme les poissons clowns. Il doit être maintenu dans un bac spécifique. Un couple peut cohabiter, mais deux mâles de la même espèce peuvent se montrer agressifs l’un envers l’autre. La taille à prévoir pour son aquarium dépend essentiellement de celle que le poisson grenouille choisi aura à l’âge adulte. Il faut donc soigneusement se documenter avant de l’accueillir. En général, la coloration du corps, la forme, la disposition et la structure de l’illicium et de l’esca permettent d’identifier l’espèce avec une certaine précision. Chez certaines, l’esca ressemble à un poisson, poussant parfois le détail jusqu’à présenter des rayures et une imitation d’œil.

    Le poisson grenouille, un compagnon récifal hors normesComptez un bac de 60 cm de côtés au moins pour un couple de sujets nains, à titre d’exemple. Roches vivantes et coraux doivent être légion. Quel que soit le volume envisagé, l’écumeur doit être suffisant pour épurer l’eau de ce grand pollueur. Les plus gros individus n’exigent cependant pas plus de quelques centaines de litres, car le mode de chasse de ce poisson est plutôt passif. Il peut alors éventuellement tolérer d’autres pensionnaires, pourvu qu’ils soient trop gros pour être mangés et pacifiques. Etoiles de mer, Bernard l’Hermite, escargots et nudibranches peuvent être ses voisins. Si d’autres poissons grenouilles lui sont adjoints, ils doivent être de la même espèce. Le nourrir suffisamment peut aider à préserver ses semblables, mais cela n’apporte pas la certitude qu’il n’y ait pas de cannibalisme, territorialité, intolérance ou anxiété.

    L’accouplement se produit lorsque l’abdomen renflé de la femelle atteste du développement d’œufs dans celui-ci. Le mâle attend alors la délivrance de ces oeufs dans un ruban flottant pour les féconder. Une fois la tâche accomplie, les partenaires peuvent se séparer pour quelques jours voire quelques semaines, mais il n’est pas rare qu’il restent ensemble jusqu’à la fin de la saison de la reproduction.

    Le poisson grenouille, un compagnon récifal hors normes

    Sources :

    http://reefogre.blogspot.fr/

    http://www.fishchannel.com/

    http://ocean.nationalgeographic.com/

    http://www.practicalfishkeeping.co.uk/

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015