Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)

    Débuter avec les coraux dans un bac récifal : le Zoanthus, ou Anémone coloniale

    Débuter avec les coraux dans un bac récifal : le Zoanthus, ou Anémone colonialeLe Zoanthus, plus connu sous le nom d’Anémone coloniale, est un polype originaire des océans et lagons du monde entier.  En aquariophilie, les plus répandus proviennent de l’Atlantique et du Pacifique.

    Chaque disque buccal mesure 1 à 1,5 cm de diamètre. Ses tentacules sont arrondies. Une lumière intense est nécessaire par le biais de lampes HQI ou de tubes fluorescents (si la profondeur est faible). Comptez entre 1 W par litre et 1,5 W pour 2 litres. Le courant de l’eau doit être fort ou moyen. Dans des conditions optimales, cette « fleur » marine se multiplie parfois au point de devenir envahissante pour les autres coraux, une croissance qu’il est facile de réguler en isolant la roche sur laquelle les boutures sont fixées.

    La coloration la plus répandue est le vert ou le brun, mais de nombreuses autres teintes sont disponibles, comme le bleu, l’orange, le jaune, le rose ou le rouge, ce qui permet d’ajouter quelques touches colorées dans le récif formé, voire de consacrer tout un bac aux Zoanthus, en créant une mosaïque du plus bel effet.

    Débuter avec les coraux dans un bac récifal : le Zoanthus, ou Anémone colonialeDébuter avec les coraux dans un bac récifal : le Zoanthus, ou Anémone coloniale

    La croissance de ce corail mou est rapide et son degré d’agressivité faible. Des artémias constituent un excellent complément alimentaire. Si les couleurs de vos Anémones coloniales palissent, il faut généralement agir sur la puissance du brassage ou l’intensité de la lumière, voire les deux, en les déplaçant jusqu’à trouver l’emplacement qui leur permettra de révéler au mieux toute leur superbe.

    Débuter avec les coraux dans un bac récifal : le Zoanthus, ou Anémone colonialeDébuter avec les coraux dans un bac récifal : le Zoanthus, ou Anémone coloniale

    La plus grosse menace vient d’un escargot portant le terrible nom « d’Héliacus » . Dans la nature, ce petit animal à la coquille rayée de noir et blanc s’en nourrit sans vergogne, et si par malchance il voyage avec les pierres vivantes ajoutées dans le bac, il va falloir arpenter les coraux de nuit, une lampe à la main, afin de retirer l’intrus. Certains poissons, comme le poisson Ange, en sont également friands.

    Débuter avec les coraux dans un bac récifal : le Zoanthus, ou Anémone colonialeDébuter avec les coraux dans un bac récifal : le Zoanthus, ou Anémone coloniale

    Le Zoanthus est résistant et facile à maintenir, ce qui le rend propice à être accueilli par un novice. Manipulez ce corail avec des gants cependant, car il sécrète une toxine du nom de »palytoxine », l’une des plus dangereuses et puissantes de la nature. Si certains sont sans danger pour l’Homme, d’autres sont extrêmement dangereux en cas de contact, surtout sur une zone déjà blessée. Il faut donc faire preuve de prudence, les différentes variétés étant parfois très difficiles à distinguer.

    Débuter avec les coraux dans un bac récifal : le Zoanthus, ou Anémone coloniale

    Sources :

    http://www.thatpetplace.com/

    http://www.happycoral.com/

    http://www.marsh-reef.org/

    http://www.utahreefs.com/

    http://animal-world.com/

    http://reefcentral.com/

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015