Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)

    Les cornes de rhinocéros empoisonnent le gagne-pain des trafiquants

    Les cornes de rhinocéros empoisonnent le gagne-pain des trafiquantsDepuis de nombreuses années déjà, nombreux sont les moyens mis en oeuvre sans succès pour lutter contre les braconniers, qui mutilent mortellement les rhinocéros afin de s’emparer de leurs cornes. La surveillance s’est d’ailleurs intensifiée, que ce soit sur terre, dans les airs ou encore par satellite, sans progrès majeur. Les croyances qui leur sont prêtées les rendent très populaires, notamment en Afrique et en Asie.

    Mais depuis 2010, en Afrique du sud, l’utilisation d’une nouvelle arme a été décidée. Il s’agit d’un poison très puissant, que l’on injecte par doses massives dans la corne de l’animal, après avoir pratiqué une trou profond à l’aide d’une perceuse. L’intervention se pratique sous anesthésie, car les animaux visés sont puissants et peuvent s’avérer très dangereux lorsqu’ils chargent, même à semi endormis. Cela ne représente absolument aucune menace pour les rhinocéros, car la zone concernée est constituée de kératine et ne comporte aucune veine ou terminaison nerveuse. En revanche, les consommateurs d’une corne ayant subi cette injection peuvent tomber sérieusement malades.

    Les cornes de rhinocéros empoisonnent le gagne-pain des trafiquantsLes juristes ont déconseillé le recours à cette méthode, estimant qu’en cas de plainte de la part des utilisateurs de cette substance, il y aurait un risque majeur de poursuites pénales. Cependant, les responsables des réserves passent outre ce risque et espèrent bien par cette mesure, décourager les braconniers et leurs clients. Selon eux, le seul moyen de couper l’herbe sous le pied de ce commerce très lucratif est de rendre les cornes impropres à la consommation. La première injection vise cet objectif et ajoute une couleur indélébile semblable à celle utilisée pour marquer les billets de banque lors des transits, de sorte que l’on ne puisse pas en faire des objets d’ornement. Cela est combiné à l’usage d’une seconde substance qui offre d’autres atouts, puisqu’elle contient un élément réactif aux rayons ultra-violets, ce qui permet aux autorités de pouvoir s’assurer de la provenance illicite d’une corne.

    La médiatisation de cette pratique devrait aider à faire passer le message aux trafiquants, pour décourager le massacre qu’ils opèrent dans les réserves, car 443 rhinocéros ont été tués en 2010 et 333 en 2009. Cette augmentation significative fait planer une menace sur le berceau écologique de ces animaux. A l’heure actuelle, l’Afrique du sud compte 90 % de leur population mondiale, ce qui se résume à quelques 19 000 spécimens en sursis.

    Les cornes de rhinocéros empoisonnent le gagne-pain des trafiquants

    Sources :

    http://news.sky.com/

    http://www.rhinos-irf.org/

    http://www.treehugger.com/

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015