Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)

    Santé : la balnéothérapie au secours de la mobilité de nos furets

    Santé : la balnéothérapie au secours de la mobilité de nos furetsLes recettes de la guérison employées pour les humains sont de plus en plus souvent employées au bénéfice de nos animaux de compagnie. Nos furets peuvent quant à eux tirer un grand bénéfice de la balnéothérapie. Suite à un accident inexpliqué, Bob, furet mâle de 3 ans était apathique, toussant et cessant de manger.

    Tout a commencé le 05 mars 2013. Bob semblait dans un grand état de faiblesse. Il ne mangeait plus, ne bougeait plus, toussait et présentait une légère fièvre. Sa truffe était pâle. Après plusieurs semaines de tâtonnement, le vétérinaire avait réussi à stabiliser son état. Un mois plus tard, les symptômes avaient diminué mais ceux restant étaient significatifs. Bob ne se levait pas, ses cuisses s’étaient creusées et il ne parvenait toujours pas à se nourrir seul. Un choc au niveau des vertèbres, vers le bas du dos a dès lors été diagnostiqué. Un écart perceptible sous les doigts en témoignait. Il avait pu tomber, un chien avait pu lui marcher dessus, tout était possible.Une injection de de vitamines B, de calcium et de sélénium est alors venue le soutenir pour l’aider à tenir bon, le temps de reprendre le dessus.

    Santé : la balnéothérapie au secours de la mobilité de nos furetsEn parallèle, le praticien a commencé à lui prescrire des massage dorsaux ainsi que des frictions avec du Synthol et des bains chauds. Il fallait également chauffer cette zone avec un sèche cheveux. C’était à nous, en tant que maîtres de Bob, de procéder à domicile à tous ces exercices et manipulations, car aucune structure ne traite ce type de problème chez les NAC à l’heure actuelle. Pour que notre furet retrouve la sensibilité de ses pattes arrières, j’avais également la consigne de les maintenir posées bien à plat, pour qu’il se tienne debout sur ses quatre pattes. Dans le même temps, il fallait faire pression sur ses coussinets à l’appui, en appuyant légèrement par-dessus ses doigts, afin de réveiller leurs sensations.

    A partir de ce moment, le quotidien de Bob a été fait de hauts et bas :

    • le 09 avril : Bob faisait presque un pas, à deux reprises suite à sa première séance de balnéothérapie en baignoire.
    • le 10 avril, son amaigrissement s’aggravait sensiblement, mais il arrivait à manger et boire seul.
    • le 13 avril, après sa troisième séance d’une durée d’environ 20 minutes, il faisait à nouveau quelques pas durant 10 minutes.

    Santé : la balnéothérapie au secours de la mobilité de nos furetsSanté : la balnéothérapie au secours de la mobilité de nos furets

    • le 14 avril, nos observations nous portaient à croire qu’il fallait trouver le bon niveau d’eau pour qu’il puisse nager et marcher en partie. S’il y avait trop d’eau, il flottait et ne cherchait pas à se déplacer, le fluide suffisant à le porter. Nous avons donc commencé à affiner la méthode, en plaçant la main du côté opposé de la baignoire et en l’appelant pour qu’il vienne. Mais cela prenait du temps, car notre furet commençait par rester dix bonnes minutes immobile avant de chercher à bouger. Bob n’aimait par trop les bains avant cela, mais semblait à présent commencer à apprécier la sensation de chaleur que cela lui procurait. Le temps de réaction avant les premiers efforts lors de chaque séance s’expliquaient sans doute par celui nécessaire à son acclimatation dans l’eau chaude.
    • Santé : la balnéothérapie au secours de la mobilité de nos furetsle 27 avril, il ne se levait à nouveau que pour faire ses besoins.
    • le 29 avril, nous arrivions à une nouvelle conclusion ; hors de l’eau, un appât (ici une chaussure) l’incitait à marcher une fois que nous le positionnions debout sur ses pattes.
    • le 17 mai, le haut de ses cuisses semblait enfin  avoir repris un peu de volume, ce qui était encourageant quant aux effets de la thérapie et la remise à niveau de la masse musculaire.
    • le 05 juin, une légère reprise de poids s’amorçait, mais Bob se déplaçait en rampant, traînant l’arrière de son corps derrière lui.
    • le 13 juin, il continuait à ramper pour se déplacer mais parvenait à rester debout lorsque nous posions ses pattes correctement pour qu’il mange.

    Santé : la balnéothérapie au secours de la mobilité de nos furetsSanté : la balnéothérapie au secours de la mobilité de nos furets

    • le 14 juillet, une perte de poids s’amorçait à nouveau, l’été aidant, et nous passions en mode piscine, en extérieur, avec une petite piscine gonflable pour bébé.

    Santé : la balnéothérapie au secours de la mobilité de nos furetsSanté : la balnéothérapie au secours de la mobilité de nos furets

    • le 19 août, alors qu’Heckel, un nouveau furet mâle, était arrivé depuis peu, Bob commençait à se mettre debout tout seul pour manger. A partir de ce moment, les progrès ont été rapides, avec des séances de balnéothérapie en piscine poursuivies jusqu’à la fin de l’été. Nos efforts étaient enfin récompensés puisque quelques semaines plus tard, en octobre, Bob marchait à nouveau normalement, ce qu’il continue de faire depuis.

    Santé : la balnéothérapie au secours de la mobilité de nos furets

    Source : angelk

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015