Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)

    La maladie des voies urinaires inférieures félines, ou MVUIF (causes, symptômes, traitement, prévention)

    La maladie des voies urinaires inférieures félines, ou MVUIF (causes, symptômes, traitement, prévention)La maladie des voies urinaires inférieures félines affecte chaque année certains chats, qu’ils soient mâles ou femelles. Elle touche la vessie ou l’urètre et consiste en un ensemble de maux dont les causes sont variées.

    Le chat urine plus souvent que de coutume et préfère en général des surfaces lisses et fraîches telles qu’un carrelage, un évier ou une baignoire. Cela peut affecter les félins à tout âge, bien que ceux d’âge moyen, moyen soient les plus touchés. L’usage d’un bac à litière d’intérieur, l’accès limité à l’extérieur, l’excès de poids, le manque d’activité, le stress, la présence de plusieurs chats dans le foyer, la consommation d’aliments secs ou un changement soudain dans l’environnement sont autant de facteurs aggravants possibles.

    Les symptômes sont en revanche communs et beaucoup moins nombreux :

    • difficultés pour uriner
    • présence de sang dans les urines
    • production d’urines dans des endroits inappropriés
    • émission de gémissements en urinant
    • léchage insistant du pourtour des voies urinaires
    • manque d’appétit
    • vomissements
    • apathie
    • déshydratation.

    La maladie des voies urinaires inférieures félines, ou MVUIF (causes, symptômes, traitement, prévention)La cause réelle peut notamment être le fait d’une infection urinaire, de calculs, d’une obstruction de l’urètre ou d’une tumeur. Si un chat ne peut uriner, quelle qu’en soit la raison, il s’agitd’une urgence vétérinaire. Il faut consulter un spécialiste à la moindre suspicion, afin de prendre le mal à la base, d’autant plus que le diagnostic est difficile à établir, face à multiplicité des causes possibles. Le praticien se base donc sur ce que le maître a observé, puis se livre à un examen clinique avant d’éventuellement effectuer une analyse d’urine. Si ce test ne permet pas d’identifier les causes du mal, d’autres peuvent être envisagés (analyse sanguine, radiographies ou autre).

    Si une cystite féline est décelée, le traitement va réclamer plusieurs semaines. En cas de calculs urinaires, une ablation chirurgicale est souvent nécessaire, car si les calculs de struvite peuvent être dissous avec un régime approprié, il n’en est rien pour ceux d’oxalate. Enfin, si l’urètre est partiellement ou intégralement bouché, cela peut engager le pronostic vital. L’urètre des mâles étant plus étroits que celui des femelles, surtout en cas de castration, ceux-ci sont particulièrement visés. Le retrait se fait en général en posant un cathéter, sous anesthésie ou sédation, puis un traitement est mis en place pour favoriser la guérison.

    La prévention est possible. Suite à la formation d’une struvite, il faut privilégier une alimentation favorisant la formation d’une ruine acide, ce qui est le cas chez la plupart des aliments pour chats du commerce. Une gamelle d’eau propre et fraîche doit en permanence être mise à disposition, sans compter un nombre suffisant de bacs à litière. Cela signifie que si plusieurs chats partagent le même foyer, il en prévoir un de plus qu’il n’y a d’animaux. Le bac à litière doit être propre et placé dans une zone calme soumise à un faible passage. Les changements majeurs du quotidien doivent quant à eux être limités au strict minimum.

    La maladie des voies urinaires inférieures félines, ou MVUIF (causes, symptômes, traitement, prévention)

    Sources :

    http://www.veterinarypartner.com/

    http://pets.webmd.com/

    http://www.vet.cornell.edu/

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015