Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)

    La souris géante d’Afrique, ou Mastomys natalensis

    La souris géante d'Afrique, ou mastomys natalensisLa souris géante d’Afrique, ou Mastomys natalensis, est originaire du sud de l’Afrique. Elle possède 18 à 24 mamelles, ce qui est largement plus que les 6 de la souris domestique (mus musculus) ou les 8 du rat de Norvège (rattus norvegicus). D’ailleurs, cela dépasse de loin le nombre de mamelles que peut avoir n’importe quel autre rongeur. En revanche, il est fréquent que celles-ci soient présentes en nombre impair.

    Son pelage est plus long que celui de la souris de référence, assez comparable à celui d’un rat par la longueur, tout en étant plus doux. Cependant, il est impossible pour un oeil averti de la confondre avec la souris domestique. En effet, elle est près de trois fois plus grande et pèse entre 40 et 50 g. En captivité, son espérance de vie est d’environ deux ans, mais elle peut vivre un peu plus de trois ans. Le pelage des sujets sauvages est agouti (brun), avec un ventre plus clair.

    C’est une espèce crépusculaire, qui peut aussi s’animer brièvement, de façon aléatoire, de jour comme de nuit. Elle a servi de sujet d’étude en laboratoire dès 1939, avant d’être commercialisée récemment comme animal de compagnie. Les détenteurs de reptiles l’élèvent souvent pour nourrir leurs pensionnaires. Son maintien exige quelques adaptations. Grégaire, elle ne supporte pas la solitude. Un ou plusieurs compagnons sont donc indispensables à son bien-être.

    La souris géante d'Afrique, ou mastomys natalensisElle ronge tout ce qui n’est pas en verre ou en métal. Par conséquent, il est préférable de l’accueillir dans une cage pour octodon (dont le fond en plastique est protégé par une grille), ou un aquarium. Un grand espace est nécessaire, de l’ordre d’1 m de long par 50 cm de large, avec des fermetures hermétiques. Cela peut convenir à un groupe allant jusqu’à 4 ou 5 individus. Des branches et des écorces lui permettront d’escalader, s’abriter et ronger. La litière de chanvre ou de tremble est indiquée, pour ne pas causer de problèmes respiratoires dus à la poussière.

    La souris géante d’Afrique est omnivore. Elle peut donc être nourrie avec un mélange de graines pour rat, en ajoutant des croquettes pour chat, des pâtes et quelques légumes secs. Les fruits et légumes frais sont à proposer quotidiennement. Les carottes et les poires semblent avoir beaucoup de succès. Quelques morceaux de pain sec et du bois dur non toxique lui permettent d’user régulièrement ses dents, qui poussent en permanence. Le millet est aussi apprécié. Des grillons et des vers de farine doivent être ajoutés en période de lactation et pour nourrir les juvéniles non sevrés. Le reste du temps, les insectes sont trop riches pour son régime alimentaire.

    Le nombre de mamelles dont elle est pourvue indique à juste titre qu’elle est très prolifique. Elle donne en moyenne naissance à huit petits mais peut aller jusqu’à 22. Le surplus de lait sert généralement à biberonner les petits des autres, ce qui se pratique souvent au sein d’un groupe, comme chez la souris épineuse. Son oestrus dure 7 à 8 jours. La gestation dure environ 23 jours. Les petits naissent aveugles et couverts de zones poilues éparses. Leurs yeux s’ouvrent entre 14 et 16 jours. La croissance est rapide. Le sevrage intervient vers 21 à 24 jours, bien que les petits restent encore au nid quelques jours. Ils atteignent la maturité sexuelle à 3,5 mois.

    La souris géante d'Afrique, ou mastomys natalensisUn détail intéressant rend la détention de la souris géante d’Afrique très populaire. Le mâle comme la femelle ne dégagent pas d’odeur particulière. Il semble en revanche que ses morsures répétées soient parmi les plus plus douloureuses de celles qu’un rongeur puisse infliger. Le mâle est d’ailleurs plus agressif que la femelle. Elle est donc déconseillée pour les jeunes enfants. Certains témoignages semblent toutefois indiquer que la reproduction sélective d’individus n’ayant jamais mordu engendre des portées plus pacifiques. Cette théorie est à vérifier. A cette exception près, c’est un excellent compromis entre le rat et la souris. En la saisissant comme les chinchillas, à la base de la queue, pour la déplacer directement sur la paume de la main, elle ne montre généralement aucune agressivité. Il en va de même en refermant doucement les mains de chaque côté de son corps, surtout lorsque ses mamelles pleines de lait sont sensibles.

    A l’heure actuelle, de nombreux pelages sont disponibles en captivité : cannelle aux yeux noirs (comme l’agouti, mais sans les pointes noires sur les poils), cannelle aux yeux rouges (crème avec un sous-poil gris, le gène des yeux rouges étant récessif), ou bicolore (avec des taches dans ces teintes qui apparaissent sur fond base blanc). Dans la nature, sa population est stable, et l’espèce est considérée comme faisant l’objet d’une menace mineure au regard de l’UICN. Dans son pays d’origine, elle est considérée comme nuisible. L’originalité de cette grande souris en fait un animal très apprécié, mais elle se fait encore rare en élevage.

    La souris géante d'Afrique, ou mastomys natalensis

    Sources :

    http://www.iucnredlist.org/

    http://storybookspocketpets.webs.com/

    http://www.rightpet.com/

    http://www.oocities.org/

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015