Catégories
Image de la semaine
Archives (par date)

Papillon de nos jardins : Argynnis paphia, le Tabac d’Espagne

Papillon de nos jardins : Argynnis paphia, le Tabac d'EspagneArgynnis paphia, le Tabac d’Espagne, est un habitué de nos jardins d’agrément. Ce papillon appartient à la famille des Nymphalidés. Le genre Argynnis compte quelques 25 espèces vivant en Europe, en Asie tempérée et en Amérique du Nord.

Il se caractérise par la couleur de fond orange vif du dessus de ses ailes et leur forme arrondie. Celles-ci sont marquées de points noirs sur le dessus et 4 stries horizontales assorties sont visibles sur les ailes antérieures. Elles contiennent des échelles androconiales qui libèrent les phéromones durant la parade nuptiale. Le dessous des ailes postérieures est quant à lui légèrement irisé, voire argenté.

Avec ses 6 à 7 cm d’envergure, il est l’un des plus grands Lépidoptères d’Europe. Le mâle et la femelle présentent des différences d’aspect permettant de les distinguer. C’est ce que l’on nomme le dimorphisme sexuel. En effet, chez la femelle, les larges rayures noires ne sont pas visibles et la couleur orange est plus terne, s’apparentant davantage à une teinte or mat plus ou moins hâlée. Ce papillon apprécie davantage l’ombre que les autres variétés d’Argynnis. Les zones broussailleuses, la présence de ronces, chardons et autres sources de nectar favorisent sa présence.

Papillon de nos jardins : Argynnis paphia, le Tabac d'Espagne Papillon de nos jardins : Argynnis paphia, le Tabac d'Espagne

On le voit papillonner en juin et juillet, chaque sujet ayant une espérance de vie de 3 à 4 semaines environ. Ses principal prédateurs sont les oiseaux, qui participent bien souvent à écourter son existence déjà fort courte. Les oeufs sont pondus dans les creux de l’écorce de chênes essentiellement et parfois celle de hêtres, mélèzes ou frênes. Ils sont déposés à 2 m de haut, sur la partie du tronc faisant face à l’Est ou au Nord. Les arbres choisis sont toujours relativement âgés (entre 50 et 100 ans) aussi la déforestation et les incendies compromettent-ils souvent sa survie. Au mois d’août, les jeunes chenilles voient le jour. Elles mangent l’enveloppe de l’œuf qui le protège du monde extérieur, absorbant des nutriments essentiels. Elles vont alors se fixer à une petite poche de soie sous l’écorce, et y rester cachées jusqu’au mois de mars de l’année suivante. Cette période de repos et d’attente se nomme la « diapause ».

Papillon de nos jardins : Argynnis paphia, le Tabac d'Espagne Papillon de nos jardins : Argynnis paphia, le Tabac d'Espagne

Le retour des beaux jours annonce alors leur réveil. Les chenilles sortent de leur cocon et se mettent en quête de nourriture, grignotant avidement les feuilles des violettes au pied des arbres, leur corps noir seulement trahi par une double ligne jaune le long du dos et de petites pointes orange terne sur le dos et les flancs. La dernière transformation requiert 3 semaines. La nymphe brune ornée de taches dorées attend son heure suspendue dans les buissons, les herbes ou accrochée à une branche de chêne.

Papillon de nos jardins : Argynnis paphia, le Tabac d'EspagnePapillon de nos jardins : Argynnis paphia, le Tabac d'EspagnePapillon de nos jardins : Argynnis paphia, le Tabac d'Espagne

Les premiers mâles font leur apparition à la fin du mois de juin, puis une semaine plus tard environ les femelles. Les journées sont alors rythmées par la recherche de nectar le jour, la nuit se passant tapis sur une feuille de fougère, chêne, noisetier, etc.

Mais le moment crucial réside dans la parade amoureuse, empreinte d’une grande poésie. La femelle entame alors un vol en ligne droite le long des bosquets, son abdomen délivrant un parfum envoûtant à l’attention des mâles passant dans son sillage. Dès qu’un mâle détecte cette invitation, il la suit et tournoie au-dessus et au-dessous d’elle,les quatre barres noires des échelles androconiales de ses ailes antérieures libérant des phéromones. Bien souvent, le demoiselle se fait désirer et le mâle n’est pas accepté. Mais lorsque cette dernière est séduite, elle guide son partenaire vers une touffe de feuilles située dans un chêne, et l’accouplemnt se produit. L’accouplement a lieu en fin de matinée et dure près de deux heures. Le cycle va alors recommencer avec les oeufs pondus, tandis que les parents, eux, se sépareront avant d’entamer lentement la fin de leur mois éphémère d’existence.

Papillon de nos jardins : Argynnis paphia, le Tabac d'Espagne

Sources :

http://butterfly-conservation.org/

http://www.learnaboutbutterflies.com/

Une réponse à Papillon de nos jardins : Argynnis paphia, le Tabac d’Espagne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Animogen 2015