Catégories
Image de la semaine
Archives (par date)
novembre 2016
L M M J V S D
« Oct   Déc »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

L’adaptation des sens chez les animaux nocturnes

L'adaptation des sens chez les animaux nocturnesLe sommeil est une période de repos indispensable à tous les êtres vivants pour récupérer, pourvu qu’il soit de bonne qualité. Mais si la plupart des créatures vivantes dorment la nuit, ce moment coïncide avec le réveil de nombre d’autres.

Lorsque le jour décline, elles se lèvent pour chasser, manger, se reproduire ou défendre leur territoire. Elles ne sont pas insomniaques mais ont au moins un sens particulièrement développé favorisant un mode de vie différent.

Vision, odorat, ouïe ou plumage particulier leur permettent de vivre dans l’obscurité, car la vie est aussi difficile pour tous que de jour, même si cela évite la concurrence alimentaire avec les espèces diurnes. Chez le loup, les hurlements marquent les limites du territoire. Leurs yeux brillent et doublent l’intensité de la lumière perçue, comme avec un miroir, pour utiliser la moindre lueur à leur avantage. Leur odorat, favorisé par un nez particulièrement grand et large, reçoit un maximum de cellules odorantes, ce qui lui permet de sentir une proie à plusieurs kilomètres de distance.

L'adaptation des sens chez les animaux nocturnesLes oreilles du loup et du renard tournent à 180 °C, ce qui les aide à entendre ce qui se passe autour d’eux.

Les chouettes et hiboux volent en silence. Leur plumage très duveteux, formé de petits peignes, rend le vol silencieux. Cela est un atout pour chasser sans être entendus et surprendre leur proie. Les yeux, placés de face, permettent aux rapaces nocturnes de bien cibler la proie et évaluer la distance à laquelle elle se trouve. Ils peuvent distinguer un petit rongeur à 300 m et un hibou peut l’entendre bouger sous la neige jusqu’à 18 m de distance. Leurs grands yeux captent la moindre présence de lumière pour l’exploiter.

Outre les qualités que nous avons mentionnés, nombreux sont aussi les animaux ayant parallèlement développé une acuité supplémentaire.

C’est le cas des chauve-souris, qui utilisent l’écho-localisation à la façon d’un radar sous-marin, pour repérer les obstacles, se déplacer sans heurt dans le noir et capturer les insectes dont elles se nourrissent.

Les serpents sont quant à eux capables de détecter le moindre changement de température autour d’eux, ce qui est un moyen redoutable de localiser leurs proies.

Mais la pollution lumineuse trouble le mode de vie de ces animaux habitués à l’obscurité. Cela complique considérablement leur façon de se déplacer et se nourrir, mais aussi leur reproduction. Leurs facultés d’adaptation n’ont donc sans doute pas fini d’évoluer pour leur permettre de faire face et survivre.

L'adaptation des sens chez les animaux nocturnes

Sources :

http://www.mnn.com/

https://www.theguardian.com/

« Nocturnal Animals » , par Clive Roots

https://thelipperloppylife.wordpress.com/

http://www.fullcrytriggfoxhoundkennel.com/

« Hommes et animaux, les mystères de la nuit décryptés par la science : les super pouvoirs de ces animaux qui vivent la nuit » , M6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Animogen 2015