Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)

    L’Opah, ou la découverte du premier poisson à sang chaud

    L’Opah, ou la découverte du premier poisson à sang chaudJusqu’à présent, nos enseignants nous avaient appris que les oiseaux et les mammifères étaient les seuls à avoir le sang chaud puisque celui des reptiles et amphibiens était froid. Mais la donne pourrait fort bien changer avec la découverte de l’Opah.

    Dans un article publié jeudi dernier, le 14 mai 2015, les chercheurs de la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration), viennent de décrire un mécanisme unique d’endothermie. C’est un prédateur vivant dans les grandes profondeurs de la mer, l’Opah, qui est à l’origine de cette découverte.

    Ce poisson imposant mesure plus d’un mètre de long pour un poids de près quarante kilos, voire davantage. Ses branchies sont pourvues d’un système veineux très particulier, qui lui permet de faire circuler du sang chaud dans l’ensemble de son corps. Le cœur, le cerveau et le pourtour des yeux sont les régions les plus chaudes chez lui. Certes, il ne parvient pas à se réchauffer autant que ne sauraient le faire nos « bons vieux » mammifères, mais cela donne tout de même une bonne claque au concept d’animaux à sang froid. C’est un phénomène unique à ce jour.

    Cela est d’autant plus stupéfiant que cette espèce est capable de conserver cette propriété tout en restant à des profondeurs abyssales (jusqu’à 300 m), alors qu’un thon doit régulièrement revenir à la surface pour se réchauffer.

    Actuellement, l’Opah ne compte qu’une seule espèce connue, Lampris guttatus, mais les chercheurs tendent à penser qu’une distinction devrait être faite suivant l’origine géographique et donc le patrimoine génétique des individus envisagés. Celui qui a permis de révéler le secret de son sang chaud a quant à lui été observé sur la côte Ouest d’Amérique du Nord ; il reste à présent à recueillir des échantillons dans d’autres régions du monde afin d’effectuer des comparaisons et voir si tous les Opahs présentent le même type de branchies spécifiques.

    L’Opah, ou la découverte du premier poisson à sang chaud

    Sources :

    http://www.grindtv.com/

    http://www.iflscience.com/

    http://www.theguardian.com/

    http://www.washingtonpost.com/

    http://marinecreations.homestead.com/

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015