Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)

    Le Sacré de Birmanie, entre mythe et réalité

    Le Sacré de Birmanie, entre mythe et réalitéLe Sacré de Birmanie est un chat au regard envoûtant, qui séduit nombre d’amoureux des félins. Sans doute est-ce en partie ce qui les a hypnotisés au point d’en l’une des races les plus populaires. Ses origines sont méconnues, ce qui a donné lieu à l’émergence de nombreuses légendes. L’une d’entre elles dit que chaque Sacré de Birmanie porte en lui l’âme d’un prêtre défunt monté au paradis.

    Il pourrait être originaire de Birmanie, où il est considéré comme le compagnon sacré des prêtres dans les temples, réincarnation de l’âme de pieux disparus. Selon une autre théorie, deux de ces chats auraient été envoyés à deux Anglais résidant en France, le Major Gordon Russell et M. Août Pavie, comme cadeau de remerciement suite à l’aide apportée pour protéger le temple lors d’une invasion. La version la moins glorieuse serait l’achat par un millionnaire nommé Vanderbilt de deux chats volés au temple par un serviteur infidèle.

    Le Sacré de Birmanie, entre mythe et réalité

    L’histoire la plus probable serait l’envoi d’un couple de Sacrés de Birmanie en France. Durant la traversée, le mâle nommé Maldapour n’aurait pas survécu, tandis que la femelle, Sita, serait arrivée à bon port. C’est alors que la survivante, déjà gestante, aurait donné naissance à des petits, dont une femelle. La fille de Sita, nommée « Poupée », aurait par la suite été appariée à un mâle d’une autre race pour préserver la race. Il pourrait s’agir d’un Siamois.

    D’autres versions de cette histoire existent encore, nous n’avons retenu ici que celles étant dignes d’intérêt, ne serait-ce que sur le plan documentaire. Parmi les premières certitudes parvenues jusqu’à nous se trouve celle de leur exportation vers l’Europe, d’une façon ou d’une autre, ce qu’attestent les origines traçables de nombreux sujets en Angleterre et en France.

    Le Sacré de Birmanie peut vivre une quinzaine d’années en moyenne, parfois davantage. C’est un animal de taille moyenne, qui pèse entre 3,5 et 4 kilos, tandis que le mâle, plus gros, peut atteindre 5 à 6 kilos. Son corps est trapu et plus long que celui du Persan.

    Le Sacré de Birmanie, entre mythe et réalité

    Son museau est court sans être écrasé et sa queue longue et touffue. Son ossature est épaisse, avec une tête plus large et arrondie que celle du Siamois ou du Colorpoint Shorthair. Son pelage est mi-long et soyeux. Il s’emmêle peu, notamment en raison de l’absence de sous-couche, ce qui limite la fréquence du toilettage nécessaire à une fois par semaine. En hiver et en été, durant la mue, un brossage quotidien s’impose cependant pour éliminer les poils morts.

    Les chatons naissent blancs (cf photo à gauche ci-contre). Les couleurs foncées apparaissent toujours rapidement et les plus claires pour finir. Les premières commencent à apparaître dans les jours qui suivent la naissance, pour faire apparaître le seal point, puis le laisser enfiler ses gants et bottes blancs, qui apparaissent en dernier, après quelques semaines, ainsi que le blanc de son dos et de ses cuisses. Il semble que les démarcations de la future robe d’un chaton puissent être devinées en le plaçant dans la pénombre pour en faire ressortir les contrastes. La robe définitive présente une base claire avec de préférence un léger reflet doré. La face, les pattes, les oreilles et la queue sont plus sombres.

    Le Sacré de Birmanie, entre mythe et réalitéIl est l’une des rares races félines Colorpoint dont les doigts sont d’un blanc pur. Sur les pattes postérieures, une démarcation nette et symétrique sépare cette teinte du reste du corps. Deux gants de la même couleur et tout aussi symétriques marquent le bout de ses pattes antérieures. Les marques peuvent inclure le cream point, le chocolate point, le seal point, le lilac point, le red point ou le blue point. Ses yeux sont bleus et presque ronds.

    Le Sacré de Birmanie aime la compagnie, y compris celle d’autres animaux. S’il passe souvent trop de temps seul, il tend à devenir plus solitaire. C’est un félin à la fois calme, doux et joueur, qui se laisse volontiers manipuler. Il est affectueux et très lié à son maître. Il en est parfois même un peu trop proche, lorsque lui vient l’idée de venir s’asseoir en pleine nuit sur la tête de ce dernier. Il sait aussi se faire comprendre lorsqu’il a besoin d’attention, notamment en usant de sa douce voix. Curieux, il vient volontiers à la rencontre des nouveaux venus. Il est taillé pour la vie en intérieur, car au-dehors, il n’est pas apte à se prémunir contre les dangers environnants. Son prix moyen varie entre 550 et 850 euros.

    Le Sacré de Birmanie, entre mythe et réalité

    Sources :

    Home


    http://www.birman.net/
    http://www.cfainc.org/

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015