Catégories
Image de la semaine
Archives (par date)
mai 2017
L M M J V S D
« Avr   Juin »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Comportement : que nous enseigne la vie sociale de nos perroquets ?

Comportement : que nous enseigne la vie sociale de nos perroquets ?Le cerveau des perroquets est très gros par rapport à la taille de leur corps. Leurs capacités cognitives sont très développées et bien que nos amis ailés ne soient pas connectés sur Twitter ou Facebook, leur vie sociale est quant à elle extrêmement complexe.

Elle va bien au-delà de la vie coopérative telle que la connaissent fourmis et abeilles, car elle s’inscrit dans une dynamique de rivalités et d’alliances, tout comme chez les dauphins, les lions ou les baleines.

A l’occasion d’une étude, des scientifiques ont pour la première fois quantifié la vie sociale des perroquets en analysant leurs réseaux sociaux.

A l’état sauvage, ces animaux étant souvent observés évoluant en duo, on a longtemps supposé que leurs rapports sociaux s’articulaient essentiellement autour de ce binôme et des liens qu’il représentait. Mais cela n’a pas toujours permis d’affirmer s’il s’agissait de couples ou de simples congénères se déplaçant ensemble.

Comportement : que nous enseigne la vie sociale de nos perroquets ?Une étude de terrain approfondie alliée à des analyses poussées du réseau ont révélé une préférence marquée pour l’association avec un individu spécifique. Les individus sont souvent observés près de leur partenaire chez les perroquets vivant en captivité. De plus, les réseaux sociaux de ces mêmes groupes d’oiseaux captifs sont fortement connectés et présentent de fortes associations avec un ou deux autres congénères, plusieurs relations modérées avec d’autres et seulement quelques rapports de faible importance en dehors de cela.

Ces travaux ont mis en évidence une notion fondamentale : le couple est l’unité fondamentale de la structure sociale chez la Conure veuve, mais d’autres niveaux de cette structure peuvent intervenir, comme chez les éléphants ou les dauphins par exemple.

Outre les relations sociales positives, les chercheurs ont étudié les agressions qui structurent le groupe chez cette même perruche moine en captivité.

Tout cela démontre clairement que la vie de ces oiseaux est régie par plusieurs types de relations. Pour savoir où ils se situent dans le groupe, ils ont besoin d’en reconnaître les autres membres et se souvenir d’eux. Au fil du temps, ils sont ainsi capables d’identifier chaque individu et interagir de façon appropriée, pour éviter les conflits. Ce processus peut impliquer « des compétences cognitives significatives ».

La compréhension de ces mécanismes sociaux nous permet quant à elle de comprendre l’utilité de l’apprentissage vocal et des autres processus sociaux des perroquets, selon Elisabeth Hobson. Chez les espèces de perroquets menacées ou en danger, une meilleure connaissance de la façon dont leurs interactions sociales sont organisées améliorerait notre capacité à les gérer.

Comportement : que nous enseigne la vie sociale de nos perroquets ?

Sources :

http://www.redorbit.com/

https://www.thespruce.com/

https://www.sciencedaily.com/

http://naturewatchaustin.blogspot.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Animogen 2015