Catégories
Image de la semaine
Archives (par date)

Une nouvelle aptitude découverte chez les perroquets à Madagascar

Une nouvelle aptitude découverte chez les perroquets à MadagascarDe nombreuses études ont été menées sur les perroquets, révélant les facettes surprenantes de leur comportement. L’utilisation d’outils n’était pas la moindre d’entre elles, apportant un argument supplémentaire pour justifier l’intelligence et l’habileté des psittacidés. Mais à Madagascar, un groupe de chercheurs a fait une découverte plus stupéfiante encore, publiée dans le journal « Biology Letters ».

Les scientifiques ont filmé une colonie de dix Grands Vasa (Coracopsis vasa), originaires de Madagascar mais vivant en captivité. Ces psittacidés au plumage noir se sont alors livrés à un exercice singulier. En effet, ils ont utilisé des cailloux et des coques de dattes séchées pour réduire en poudre des coquillages, avant d’absorber cette préparation.

Le fait d’utiliser un outil avait déjà été observé, mais en ce qui concerne la capacité de l’utiliser pour moudre, autrement dit fabriquer un produit transformé, comme le meunier sa farine, il s’agit d’une première mondiale. Sans compter que cet outil est partagé par les oiseaux. L’utilisation d’outils par les animaux est rare, selon Megan Lambert, auteur principal de cette étude. Elle ajoute de nouveaux talents à la palette de ceux déjà connus chez les perroquets et soulève des questions relatives à ce qui motive l’utilisation d’outils.

Les oiseaux observés ont davantage affiché ce comportement durant la saison de la reproduction, faisant apparaître l’hypothèse que la poudre de coquillage obtenue leur offrait un supplément de calcium à l’approche de la ponte.

Une nouvelle aptitude découverte chez les perroquets à MadagascarLe fait est que ces créatures sont incapables de stocker le calcium dont leur squelette a besoin aussi efficacement que les mammifères, ce qui explique l’accroissement singulier de leurs exigences dans ce domaine lorsqu’ils s’apprêtent à s’accoupler.

Considérés comme des êtres intelligents, les grands perroquets Vasa font partie du cercle très restreint des 300 espèces au monde capables d’employer des outils, au même titre que le Cacatoès noir (Probosciger aterrimus), qui frappe sur les arbres avec de petits cailloux pour attirer l’attention, ou le corbeau, qui extrait les vers des troncs d’arbre à l’aide d’une brindille.

Dire si ce type de comportement est inné (c’est-à-dire instinctif) ou acquis (appris au fil du temps) est difficile, selon les scientifiques. Il pourrait refléter une prédisposition innée chez eux, des épreuves individuelles, une succession d’erreurs aboutissant à un apprentissage ou encore une sorte d’apprentissage social.

L’étude dont il est question portait sur des sujets captifs, mais il reste encore à déterminer si le constat est le même à l’état sauvage. Cette espèce a néanmoins su démontrer une aptitude digne d’intérêt pour étudier la cognition physique.

Une nouvelle aptitude découverte chez les perroquets à Madagascar

Sources :

http://www.cbc.ca/

http://www.sci-news.com/

http://www.techtimes.com/

http://www.wanderingwings.net/

3 réponses à Une nouvelle aptitude découverte chez les perroquets à Madagascar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Animogen 2015