Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)

    L’Uromastyx du Mali, ou Uromastyx dispar maliensis (origines, caractère, maintenance)

    L’Uromastyx du Mali, ou Uromastyx dispar maliensis (origines, caractère, maintenance)

    L’Uromastyx du Mali, ou Uromastyx dispar maliensis est un saurien qui vient d’Afrique. Son aire de répartition couvre l’Algérie, le Mali, la Mauritanie, le Sahara-Occidental, le Soudan et le Tchad. Il a fait son apparition dans le monde des animaux de compagnie dans les années 1990.

    A l’état sauvage, il vit dans un environnement chaud avoisinant les 49 °C en été. Dans ce milieu aride, les amas rocheux constituent autant d’abris providentiels.

    Il atteint environ 45 cm à l’âge adulte et peut espérer vivre une quinzaine d’années s’il reçoit des soins appropriés. En général, le mâle est noir avec des marques d’un jaune intense tandis que la femelle est marron. La tête est brunâtre et le dos tacheté de jaune.

    L’Uromastyx du Mali, ou Uromastyx dispar maliensis (origines, caractère, maintenance)Le terrarium doit mesurer au moins 120 x 35 x 40 cm pour accueillir cet animal actif. La température au point chaud doit être maintenue à 40 °C le jour, avec 28 à 30 ° C au point froid. Avec de jeunes individus, deux ou trois degrés de moins peuvent être envisagés car leur corps se réchauffe rapidement du fait de leur petite taille. Des abris aménagés dans les deux zones offrent la possibilité aux occupants de moduler la chaleur à laquelle ils s’exposent. La nuit, 20 à 22 °C conviennent.

    L’hygrométrie doit quant à elle avoisiner les 30 à 40 %, un niveau d’humidité qu’une bonne ventilation permet d’assurer. Chaque jour, 10 à 12 heures d’éclairage sont nécessaires, avec une lampe à UVB à spectre complet. Cela participe à favoriser une croissance normale et prévenir les troubles métaboliques. Le sable n’est pas le meilleur choix en ce qui concerne le substrat, car il peut causer des impactions, aussi le paillis de hêtre est-il plus indiqué, ce dernier pouvant être éliminé par l’organisme. Certains ont également recours à du papier journal.

    L’Uromastyx du Mali, ou Uromastyx dispar maliensis (origines, caractère, maintenance)Son régime alimentaire est principalement végétarien. Il se compose de légumes verts à feuilles sombres, petits pois, chou vert, feuilles de moutarde, laitue romaine, fanes de carottes et feuilles de betterave. Les fleurs figurent à son menu, notamment celles de courgette, de trèfle et de pissenlit. Il consomme également quelques grillons et vers de farine de façon occasionnelle, son organisme n’étant pas prévu pour assimiler de fortes doses de protéines.

    Pour séduire sa partenaire, le mâle entame sa parade par des hochements de tête. Fait cocasse, si la femelle se refuse à lui, elle tente de fuir et peut aller jusqu’à se mettre sur le dos, une position impropre à l’accouplement. Ovipare, ce lézard pond de 5 à 16 œufs, qui vont incuber durant 3 à 4 mois à une température de 30 °C.

    L’Uromastyx du Mali, ou Uromastyx dispar maliensis (origines, caractère, maintenance)Les juvéniles doivent être nourris tous les jours, mais les adultes exigent davantage d’observation pour être en adéquation avec leurs besoins. Certains se nourrissent peu mais quotidiennement, tandis que d’autres préfèrent le faire tous les deux ou trois jours. Cela reflète en partie le cycle des saisons qui modèle leur façon de s’alimenter à l’état sauvage. Une supplémentation en calcium et vitamine D » est indispensable pour les adultes plusieurs fois par semaine.

    En captivité, l’Uromastyx du Mali se montre relativement doux et facile à apprivoiser. Il accepte généralement les manipulations lorsqu’il y est habitué dès son plus jeune âge et fait l’objet de contacts acceptables. Il peut être maintenu en couple. Tous les accessoires lourds et décors mis en place dans le terrarium doivent être placés directement sur le sol avant le substrat car ce reptile aime creuser et pourrait à défaut se blesser si l’un d’eux tombait. Il mord rarement, mais il faut se méfier de sa queue épineuse dont les coups sont plutôt désagréables, même si cela reste assez rare.

    Depuis 1977, cette espèce est en Annexe II de la CITES et sa détention en captivité implique l’obtention d’un CDC (Certificat De Capacité). Elle fait l’objet de menaces mineures dans la nature.

    L’Uromastyx du Mali, ou Uromastyx dispar maliensis (origines, caractère, maintenance)

    Sources :

    http://www.cites.org/

    http://www.glogster.com/

    http://www.edmonton.ca/

    http://www.lllreptile.com/

    http://reptileapartment.com/

    http://www.reptilesmagazine.com/

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015