Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)

    La reproduction chez les canaris (déroulement, précautions, alimentation)

    La reproduction chez les canaris (déroulement, précautions, alimentation)Les canaris sont appréciés depuis plusieurs siècles pour leur chant et la beauté de leur plumage. Dès lors, il n’est pas surprenant qu’ils soient l’une des espèces les plus largement reproduites en captivité.

    Chaque année, c’est au printemps que la saison de la reproduction débute. Il faut réunir une femelle d’un an révolu au moins et un mâle n’excédant pas cinq ans. Il ne faut jamais tenter d’accoupler des sujets affaiblis, qu’ils soient malades ou mal nourris. L’alimentation et la santé interviennent donc tout autant pour une reproduction réussie.

    Les prémices doivent être amorcés en plaçant le mâle et la femelle dans deux cages séparées, côte à côte, durant deux ou trois semaines au moins. Cela permet aux deux oiseaux d’apprendre à se découvrir sans pour autant risquer d’affrontement dans le délai. Au cours de cette période, leur régime alimentaire doit comporter, outre le mélange habituel, des graines de Niger, des épinards, de la laitue et des feuilles de pissenlit. Cette abondance de nourriture participera à leur faire comprendre que tous les paramètres sont au vert pour assurer leur descendance, le fait que les aliments soient disponible en quantité coïncidant avec cette période favorable dans la nature.

    La reproduction chez les canaris (déroulement, précautions, alimentation)Chez la femelle, la rétention d’œuf et la constipation pouvant survenir, l’astuce de certains éleveurs consiste à ajouter quelques gouttes d’huile d’olive ou d’huile de germe de blé sur un biscuit pour oiseaux exotiques en prévention.

    Les deux partenaires peuvent enfin être réunis. Il est de coutume d’installer la femelle la première. La cage destinée à la reproduction doit mesurer 50 X 30 X 35 cm environ. Un nid en osier ou en argile de 10 à 15 cm de diamètre est fixé dans la partie supérieure de l’une des parois et garni de copeaux de bois doux, rafle de maïs ou brindilles de foin sèches. Si la femelle fait mine d’aménager le nid, le mâle peut en général être introduit à son tour dans la cage.

    Si la reproduction est envisagée dans une volière extérieure, celle-ci doit être couverte, afin que les fientes d’oiseaux sauvages porteurs de parasites ne puissent pas infecter le nid. Il faut également prendre soin de la protéger des courants d’air et de la pluie. A l’intérieur, seul les courants d’air sont à éviter. Il faut en revanche choisir un emplacement assez lumineux pour stimuler les partenaires.

    Pour séduire sa damoiselle, monsieur canari va chanter, puis, si la belle est réceptive à ses avances « s’accroupir » pour s’accoupler avec elle. Cette étape est souvent très rapide. La femelle pond ensuite entre deux et six oeufs, au rythme d’un par jour. Chacun doit être retiré délicatement au fur et à mesure et remplacé par un œuf factice, jusqu’à ce que le dernier soit pondu. Les oeufs ainsi prélevés sont placés sur du coton, du sable ou des copeaux de bois dans le délai. Une fois tous les oeufs pondus, il est temps de procéder à un nouvel échange, afin que les oeufs fécondés puissent être couvés.

    La reproduction chez les canaris (déroulement, précautions, alimentation)Durant l’incubation, plusieurs scénarios sont possibles. Certains jugent préférable de retirer le père, afin que la mère puisse couver sans être dérangée. D’autres considèrent au contraire qu’il veille sur elle et lui permet d’assumer sa tâche plus paisiblement. Si cette seconde solution est choisie, il faut cependant veiller à ce que la femelle ne soit pas troublée par sa présence et reste sur le nid.

    Douze jours plus tard, un récipient d’eau peut être placé dans la cage. Si la femelle, s’y baigne, elle humidifiera le nid à son retour, l’humidité assouplissant la membrane des oeufs pour aider les oisillons à en percer la coquille lorsque le moment viendra, au 13 ème ou au 14 ème jour d’incubation.

    Les deux parents (ou la femelle si elle est seule) nourrissent les petits, qui naissent nus et aveugles. Du pain trempé dans du lait et un peu de pomme et de carotte râpée lui assurent un complément alimentaire pour y pourvoir. A partir du quatrième jour, du jaune d’œuf dur peut être proposé, des oisillons plus jeunes pouvant ne pas le tolérer. Il est également possible de confectionner une pâtée. Si le mâle a été écarté de la cage, il peut y être remis une fois les jeunes âgés de deux semaines, afin d’assister la mère dans leur alimentation durant les quatre semaines qui suivent, autrement dit jusqu’à ce qu’ils soient sevrés.

    Enfin, la reproduction de canaris doit être envisagée de façon rationnelle, et pas uniquement en vue d’observer la naissance de bébés oiseaux. En effet, les juvéniles vont rapidement grandir et avoir besoin d’espace dans la cage communautaire prévue. Il faut donc pouvoir investir dans un plus grand modèle lorsque la population passe soudainement de deux à huit compagnons, ou être certain de pouvoir placer les sujets dont la présence n’est pas souhaitée. A défaut, mieux vaut s’abstenir.

    La reproduction chez les canaris (déroulement, précautions, alimentation)

    Sources :

    http://beautyofbirds.com/

    http://animal-world.com/

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015