Catégories
Image de la semaine
Archives (par date)

Le canari, ou Serinus canaria

Le canari (Serinus canaria)Le canari fait partie de l’ordre des passériformes. Celui que nous rencontrons dans nos volières est une sous-espèce du Serinus serinus, le Serinus canaria. C’est un petit oiseau originaire de Micronésie (Madère, Les Açores  et les Iles Canaries).

On le trouve autant en bord de mer que dans les hauteurs. Il était autrefois utilisé dans les mines de charbon pour signaler le manque d’oxygène. Sa qualité de chanteur incessant permettait aux mineurs d’être alertés lorsque des émanations toxiques se produisaient. En effet, plus sensible que l’humain à ces gaz, l’oiseau cessait de chanter, voire mourrait, avant que les ouvriers n’en soient atteints.

Le canari (Serinus canaria)C’est une espèce aisément reconnaissable, de par sa silhouette délicate et son bec court. Les plus répandus ont la poitrine jaune intense et le dos brun strié. La femelle est moins colorée que le mâle. Le canari n’a pas d’habitat prédéfini dans la nature, mais privilégie néanmoins les champs cultivés et les sites à végétation basse ou clairsemée.

Les couples se reproduisent entre février et mars, pondant entre 4 et 6 œufs. Il est possible d’obtenir jusqu’à six pontes dans l’année. A cette période, la femelle volette sans cesse, recherche de quoi fabriquer son nid et se promenant avec dans la cage. Lorsqu’elle est prête à s’accoupler, elle adopte une position caractéristique, tête en arrière et queue en l’air, appelant le mâle avec un doux gazouillement. A l’approche de la fin de l’hiver, il est préférable de garder le mâle dans une cage séparée, celui-ci pouvant se montrer trop entreprenant avant l’heure et harceler sa compagne.

Les canaris sont appréciés tant pour leur chant mélodieux que pour leurs couleurs variées. Certains sont même élevés pour prendre part à des concours de chant, notamment en Grèce. De nombreuses variétés excellent dans ce domaine. Ce sont les oiseaux de compagnie dont le chant est le plus doux, ce qui les rend adaptés à la vie en appartement. Au fil du temps, de nombreuses variétés ont été obtenues par le biais de croisements et mutations, ce qui donne des spécimens parfois surprenants. Les couleurs unies ou mêlées peuvent aller du jaune au vert, en passant par l’orange, le blanc et le brun. Les canaris volent plus qu’ils ne grimpent, d’où la nécessité de leur procurer une cage spacieuse de 70 cm de large au moins.

Un simple mélange de graines du commerce n’est pas suffisant. Leur régime alimentaire idéal se compose de 75% d’alpiste, 15% de colza ou de canola, et 10% de graines diverses (lin, chanvre, niger et graines de chardon). La ration journalière peut comprendre jusqu’à 50% d’aliments frais (surtout de la verdure et des carottes râpées). Le millet est leur péché mignon. Durant la mue ou la reproduction, des rations plus riches sont nécessaires, avec notamment une pâtée aux oeufs. Leur eau doit être renouvelée tous les jours, sans quoi leur petite taille, associée à un métabolisme rapide, causerait leur mort dans les 12 à 24 heures. Il est également possible de leur procurer des activités de foraging pour les stimuler et les distraire. La sensibilité de ces oiseaux à la qualité de l’air implique d’éviter l’usage d’assainisseurs d’air, désodorisants et autres parfums dans la pièce où ils se trouvent.

La mue a lieu une fois par an, à l’époque de la St Jean. En dehors de cette période, elle peut indiquer un choc thermique, psychologique, ou une maladie. Avec des soins appropriés, ils peuvent vivre une dizaine d’années.

Certains sujets sont photosensibles, ce qui oblige leur propriétaire à respecter un cycle en accord avec la lumière solaire. Mais une nuit de 10 à 14 heures est nécessaire à tous les canaris.

Le canari (Serinus canaria)

Sources :
http://www.madeirabirds.com/
http://www.parrotparrot.com/

18 réponses à Le canari, ou Serinus canaria

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Animogen 2015