Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)

    Le chat de Pallas, ou Manul (Octolobus manul)

    Le chat de Pallas, ou Manul (Octolobus manul)Le chat de Pallas, ou Manul (Octolobus manul), est un félin dont le physique trahit les origines sauvages. Il a été découvert par le naturaliste Peter Simon Pallas, qui lui a donné son nom.

    C’est un animal nocturne et solitaire surtout rencontré en Chine, en Mongolie, au Kazakhstan et en Russie. Son habitat est perché à quelques 3000 m d’altitude. Il est le seul représentant de son genre, l’Octocolobus, un luxe s’il en est. Néanmoins, il en existe trois sous-espèces qui occupent une zone géographique distincte entre l’Asie et la Russie :

    • le Sibérien (dont le pelage est le plus souvent gris, voir photo ci-dessous à droite)
    • le Middle asian (dont la fourrure est rouge orangée, voir les deux premières photos ci-dessous au centre)
    • le Tibétain (dont la fourrure est plus sombre, voir photo ci-contre à gauche).

    Le chat de Pallas, ou Manul (Octolobus manul)Il mesure 50 à 62 cm et pèse autour de 4,5 kilos, ce qui se rapproche du gabarit d’un chat domestique. Cependant, il ne vit qu’une douzaine d’années. Son corps est massif, posé sur des pattes courtes et robustes. Sa fourrure est épaisse, longue et volumineuse avec un sous-poil laineux (voir photo ci-contre), ce qui lui permet de résister à des températures négatives allant jusqu’à -50 °C.

    Le pelage de sa tête est plus court, se démarquant avec le reste du corps et formant une sorte de collerette. Sa teinte est le plus souvent grise, plus rarement auburn, avec parfois quelques rayures sur le dos. Sa queue dense et épaisse représente environ la moitié de la longueur de son corps.

    De petites taches noires sont visibles sur le dessus de sa tête. Ses oreilles sont de petite taille et dotées d’extrémités arrondies. Son regard doré presque hypnotique nous transperce, il semble sonder au plus profond de notre âme. Cela s’explique peut-être par le fait que ses yeux soient différents de ceux d’un félin domestique, car leurs pupilles sont rondes au lieu de former deux fentes verticales. Des rayures sombres courent depuis le dessous de ses yeux jusque sur les côtés du museau et légèrement au-delà.

    Ses mœurs en matière de reproduction demeurent un mystère, cet animal menant une vie solitaire, ce qui le rend difficile à observer. La femelle donne naissance à une portée de 3 à 6 petits, parfois jusqu’à 8. Les chatons mesurent 12 cm pour 300 g à la naissance. Ils sont alors aveugles et dépendants de leur mère. Leur première mue se produit à l’âge de deux mois, et ils semblent commencer à chasser dès trois ou quatre mois.

    Le chat de Pallas, ou Manul (Octolobus manul) Le chat de Pallas, ou Manul (Octolobus manul)Le chat de Pallas, ou Manul (Octolobus manul)

    Ce félin niche dans les crevasses et les terriers d’autres animaux, tels que les marmottes, qui constituent un refuge idéal pour s’abriter et se reposer durant la journée. Mais dès le crépuscule, il s’anime pour chasser. Ce carnivore consomme petits oiseaux, pikas et rongeurs. S’il perçoit un prédateur en approche, il se tapit dans les herbes ou sur les rochers, sa fourrure lui conférant une tenue de camouflage idéale en ce milieu hostile (voir photo ci-dessus à droite).

    A l’heure actuelle, le chat de Pallas est menacé dans la nature et classé en appendice II de la CITES. Sa reproduction en captivité donne de très faibles résultats, d’autant plus que les chances de survie des jeunes sont minces. En effet, il décèdent souvent à la suite d’une infection, leur système immunitaire étant extrêmement faible à la naissance. Cette caractéristique s’explique par l’isolement de son habitat d’origine, qui met les juvéniles à l’abri de ce type de problème en altitude.

    Le chat de Pallas, ou Manul (Octolobus manul)

    Sources :

    http://wildcatsmagazine.nl/

    http://www.iucnredlist.org/

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015