Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)

    Un lapin dans la lune, ou lorsque le mythe prend corps

    Un lapin dans la lune, ou lorsque le mythe prend corpsQue voyez-vous en plongeant votre regard dans la lune lorsque celle-ci est pleine ?

    Ce que tous les hommes ont pu observer depuis des millénaires à l’œil nu, c’est-à-dire un ensemble de formes sombres aux contours vagues se détachant par contraste sur le fond éclairé.

    Le disque lunaire, à la fois mystérieux, fascinant et inquiétant, exerce une force d’attraction sans conteste sur les habitants de la terre, qui répondent à son appel en faisant preuve d’une imagination à la mesure de cette  impérieuse injonction.

    Le cerveau de l’Homme est ainsi fait, qu’il cherche toujours à faire émerger le connu au sein même de l’inconnu qu’il tente de maîtriser. La face visible de la lune à l’aspect non uniforme nous offre une paréidolie (stimulus visuel informe) dont notre curiosité naturelle va pouvoir se repaître tout à loisir.

    Un lapin dans la lune, ou lorsque le mythe prend corpsChez les Aztèques, la tradition populaire donne un sens aux taches lunaires en y voyant un lapin. On reconnaît la silhouette penchée, voire renversée d’un lapin pointant ses longues oreilles vers le bas, qui, selon la mythologie, serait dans le secret des dieux. Lors de la création du dernier monde, il aurait, dit-on, volontairement sauté dans un brasier pour monter et rejoindre la lune. Par sa présence et son interférence, il atténuerait ainsi l’éclat de l’astre lunaire, à l’origine aussi aveuglant qu’un soleil, pour permettre aux hommes de dormir la nuit.

    Quoi de plus inoffensif, de plus familier et de plus proche qu’un lapin ? Aussi lointaine et étrange qu’elle puisse nous apparaître au premier abord, la lune pourvue d’un locataire aussi sympathique et rassurant, qui de surcroît prend soin de l’humanité, devient soudain comme apprivoisée.

    Les cultures asiatiques reconnaissent également un lapin dans les ombres de la lune. Dans les contes populaires, ce lagomorphe se jette également dans un brasier, mais pour offrir cette fois sa chair à un mendiant affamé. Récompensé par les dieux, il accède à la lune pour passer l’éternité auprès de la déesse Chang’e, à piler du riz selon les traditions japonaise ou coréenne, ou à préparer l’élixir de longue vie dans un mortier de jade selon la culture chinoise. Voilà un lapin qui, avec son lot de tâches matérielles quotidiennes (préparation des aliments) et de préoccupations spirituelles (recherche de l’immortalité), nous ressemble décidément beaucoup. La vie sur la lune ne semble pas différente de celle sur terre.

    Tant que la réalité de la lune n’est pas appréhendée objectivement et scientifiquement, le lapin de notre bonne vieille lune est le miroir de notre âme, reflétant nos peurs et nos désirs, nos aspirations les plus élevées comme nos craintes les plus obscures.

    Un lapin dans la lune, ou lorsque le mythe prend corps

    Mais chose surprenante, une fois l’énigme des ombres lunaires résolue par la science, les contours du lapin de la lune ne se sont pas dissipés pour autant. Preuve en est que le 14 décembre dernier, les Chinois ont projeté leurs espoirs de gloire et de conquête sur la lune sous la forme d’un « Lapin de Jade », nom de baptême d’un véhicule-robot tout terrain conçu pour arpenter et explorer le sol lunaire, et transmettre ainsi des renseignements. Après un alunissage en douceur réussi de la sonde Chang’e 3, et un débarquement sans encombre du Lapin de Jade, il semble que ce dernier ait malheureusement sombré dans l’inconscience après s’être heurté à un « environnement » lunaire trop « compliqué » à son goût. Normal quand on songe à toutes les projections culturelles, psychologiques et psychanalytiques que la lune a dû endurer en plus des impacts de météorites…

    Un lapin dans la lune, ou lorsque le mythe prend corps

    Même si le Lapin de Jade ne répond plus, il est cependant porteur d’une attente intense pour la population chinoise. Il attend que son successeur, à savoir le premier astronaute chinois, vienne le relayer. Quand l’homme pose un lapin sur la lune, c’est qu’il veut y poser le pied.

    Un lapin dans la lune, ou lorsque le mythe prend corps

    Sources :

    http://www.lemonde.fr/

    http://www.science-et-vie.com/

    http://fr.wikipedia.org/

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015