Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)

    Sexage de mygale : comment différencier un mâle d’une femelle ?

    Sexage de mygale : comment différencier un mâle d'une femelle ?Déterminer le sexe d’une mygale peut se révéler nécessaire à plusieurs niveaux. Au fil du temps sont apparus différents moyens d’y parvenir avec plus ou moins de succès.

    Mâles et femelles ne sont pas égaux en matière d’espérance de vie, ce qui conduit à développer d’emblée une préférence pour l’un ou l’autre. De plus, lorsqu’il est question de reproduction, mieux vaut ne pas commettre d’erreur. Par ailleurs, réunir des sujets incompatibles à la saison des amours peut se révéler hasardeux. Mieux vaut donc apprendre à les reconnaître.

    De façon générale, les femelles adultes sont de plus grande taille que les mâles. Leur abdomen est également plus imposant, car elles ont à produire des oeufs. A l’heure actuelle, trois méthodes sont régulièrement utilisées avec plus ou moins de succès.

    Pour reconnaître un mâle adulte, il est généralement possible de se baser sur les crochets tibiaux, ou Tibia apophyses (cf photo de gauche ci-dessous), présents chez la plupart des espèces sous les pattes avant. Les pédipalpes sont des appendices segmentés reliés au céphalothorax de l’arachnide. Chez une femelle adulte ou une araignée juvénile, ils ressemblent à une paire de pattes supplémentaires légèrement plus courtes que les autres. Chez un mâle adulte en revanche, ils sont plus épais et au dernier stade de la croissance, pourvus de bulbes copulateurs à leur extrémité (cf photo de droite ci-dessous). Ils interviennent dans l’accouplement, comme leur nom l’indique. En effet, ces derniers véhiculent le sperme qui va féconder la femelle.

    Cependant, ces bulbes ne sont pas présents chez toutes les espèces. Voici la liste de celles qui ne présentent pas cette particularité :

    • Annandaliella Hirst
    • Anoploscelus Pocock
    • Augacephalus Gallon
    • Chilobrachys Karsch
    • Citharischius Pocock
    • Coremiocnemis Simon
    • Euphrictus Hirst
    • Heteroscodra Pocock
    • Heterothele Karsch
    • Hysterocrates Simon
    • Ischnocolus Ausserer
    • Lyrognathus Pocock
    • Metriopelma Becker
    • Nhandu Lucas
    • Orphnaecus Simon
    • Pachistopelma Pocock
    • Phlogiellus Pocock
    • Phoneyusa Karsch
    • Phormingochilus Pocock
    • Plesiophrictus Pocock
    • Poecilotheria Simon
    • Selenocosmia Ausserer
    • Selenotholus Hogg
    • Selenotypus Pocock
    • Sericopelma Ausserer
    • Stromatopelma Karsch
    • Theraphosa Thorell
    • Thrigmopoeus Pocock
    • Xenodendrophila Gallon.

    Sexage de mygale : comment différencier un mâle d'une femelle ?Sexage de mygale : comment différencier un mâle d'une femelle ?

    Le sexage peut aussi être  pratiqué à partir de la mue (aussi appelée exuvie), qui est la méthode la plus fiable d’observation. Quelques gouttes d’eau ajoutées sur cet exosquelette abandonné par la tarentule permettent de le déplier délicatement sans l’altérer, afin de mieux l’étudier.

    Sexage de mygale : comment différencier un mâle d'une femelle ?Sexage de mygale : comment différencier un mâle d'une femelle ?

    Cela permet de voir le ou les spermathèques (suivant l’espèce) de la femelle, qui servent à stocker le sperme déposé par le mâle. Ils se trouvent sous le ventre, à l’intérieur du sillon épigastrique. Ce sillon est masqué de soie chez le mâle tandis qu’il est découvert et donc plus largement visible chez la femelle. Il est plus court et partiellement masqué chez de nombreuses espèces.

    Sexage de mygale : comment différencier un mâle d'une femelle ?

    Enfin, lorsqu’il est mature et prêt à se reproduire, le mâle tisse avec des glandes spécifiques productrices de soie une toile reconnaissable par sa position en diagonale, accolée à un côté du terrarium, ce qui lui confère l’aspect d’une tente de campeur. Il s’agit d’une « toile spermatique ». Il existe aussi un moyen d’y voir clair en observant les chélicères, plus grandes, massives et robustes chez la femelle que chez le mâle, mais cette méthode est particulièrement difficile, aussi est-il préférable de ne pas y recourir.

    Sexage de mygale : comment différencier un mâle d'une femelle ?

    Considérez tout de même avec prudence vos conclusions quelle que soit l’approche choisie, car il n’est pas toujours facile de déterminer le genre d’une arachnide, même pour un œil averti.  De ce point de vue, en cas de doute, il est souvent préférable de demander un second avis. Il extrêmement hasardeux de sexer un sujet avant un stade assez avancé de sa croissance. Jusque là, l’incertitude reste de mise.

    Sexage de mygale : comment différencier un mâle d'une femelle ?

    Sources :

    http://inverts.com.au/

    http://www.amentsoc.org/

    http://milehighbugclub.com/

    http://www.birdspiders.com/

    http://www.mikebasictarantula.com/

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015