Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)

    La gerbille à queue grasse, ou à queue en massue (Pachuyromys duprasi)

    La gerbille à queue grasse, ou à queue en massue (Pachuyromys duprasi)La gerbille à queue grasse, ou en massue (Pachuyromys duprasi), est un petit rongeur originaire des déserts rocheux du Nord du Sahara, autrement dit d’Algérie, d’Egypte, de Libye et de Tunisie.

    Elle mesure près de 10 cm (donc 5 cm de queue) pour un poids oscillant largement entre 30 et 90 g et peut vivre entre 5 et 8 ans. Sa tête présente un museau pointu, deux petites oreilles rondes et de grands yeux bruns. Son corps est court avec de petites pattes. Son pelage épais et doré, parfois gris chez les sujets originaires du Japon ou d’Algérie, cache un sous-poil plus sombre. Le ventre est de couleur crème. Ce dernier porte une glande odoriférante, que les mâles utilisent pour marquer les limites de leur territoire. L’aspect de sa queue est singulier, puisque celle-ci est glabre et épaisse. Cet appendice rose d’aspect larvaire lui permet de stocker la graisse et l’eau qui assurent sa survie dans le milieu naturel hostile qui est le sien.

    La gerbille à queue grasse, ou à queue en massue (Pachuyromys duprasi)Elle vit en groupe dans les zones désertiques où la végétation est rare, creusant des terriers dans le sol sablonneux et s’animant au crépuscule. En captivité, elle doit bénéficier de rapports sociaux avec au moins un congénère pour se sentir bien. En cas d’affrontement elle émet des cris et peut mordre la queue de son adversaire.

    Il lui faut un terrarium ou un aquarium de 60 cm de long, dont le fond est recouvert de paillis de chanvre ou de lin, ainsi qu’un récipient à bords hauts où sera disposé du sable pour lui permettre de se «baigner» et ainsi nettoyer son pelage. Des branches, des pierres lourdes stabilisées et des abris doivent lui être aménagés. Elle est plus sensible aux maladies que sa cousine la gerbille commune (mérione de Mongolie) et nombre de vétérinaires se trouvent dépassés lorsqu’il s’agit de la traiter.

    Son régime alimentaire est essentiellement insectivore dans la nature, bien qu’elle consomme également quelques végétaux (Anabasis articulata et Artemisia monosperma). Dans nos maisons, vers de farine, grillons, coléoptères, céréales et légumes constituent une excellente base alimentaire, associés à un mélange pour gerbilles. Un récipient d’eau propre doit être à sa disposition en permanence pour lui permettre de s’hydrater, bien qu’elle retire principalement l’eau des aliments frais qu’elle consomme.

    La gerbille à queue grasse, ou à queue en massue (Pachuyromys duprasi)Les joutes de séduction sont souvent confondues à tort avec des combats. En effet, les partenaires se dressent alors sur leurs pattes arrières et se lancent dans des joutes en poussant simultanément de petits cris. Si la femelle refuse les avances du mâle, elle le signifie en creusant dans la litière pour projeter des copeaux sur lui, ce qui est l’équivalent d’une bonne scène de ménage.

    Il peut y avoir trois à neuf nichées chaque année, entre avril et novembre, pour une femelle donnée. La gestation dure entre 19 et 22 jours, avant que celle-ci ne donne naissance à une portée pouvant aller jusqu’à six petits nus et aveugles. Elle les allaite ensuite jusqu’à ce qu’ils atteignent trois ou quatre semaines. De la gestation au sevrage, elle peut se montrer plus agressive que de coutume, allant parfois jusqu’à tuer le mâle. Ce dernier doit donc préventivement être séparé d’elle dès le début de la gestation. Les juvéniles deviennent sexuellement matures entre 3 et 6 mois.

    La gerbille à queue grasse est le rongeur égyptien le plus familier. Elle mord rarement, même si elle peut se montrer agressive avec ses congénères ou dévorer ses petits. Elle est considérée comme faisant l’objet d’une menace mineure au regard de l’UICN. Encore peu répandue en élevage, elle commence timidement à faire son apparition chez les revendeurs.

    La gerbille à queue grasse, ou à queue en massue (Pachuyromys duprasi)

    Sources :

    http://www.egerbil.com/

    http://www.redorbit.com/

    http://animaldiversity.ummz.umich.edu/

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015