Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)
    février 2014
    L M M J V S D
    « Jan   Mar »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    2425262728  

    Le gecko néon, ou Phelsuma klemmeri, Houdini de nos terrariums

    Le gecko néon, ou Phelsuma klemmeri, Houdini de nos terrariumsLe gecko néon, ou Phelsuma klemmeri, est originaire des forêts tropicales du Nord-Ouest de Madagascar.

    C’est l’un des plus petits geckos du genre Phelsuma connus, puisqu’il ne mesure que 9 cm. Sa tête est jaune vif, marquée de minuscules points noirs. La coloration de son corps est différente de celle de ses cousins, puisqu’elle est d’un doux bleu turquoise sur les flancs, au lieu d’être verte, surmontée d’une large marque d’un brun grisâtre qui s’étend au milieu du dos. Une ligne noire est visible sur les côtés du corps. Elle prend naissance à l’arrière de la tête pour s’affiner à la base des cuisses. Le dimorphisme est en général marqué par une différence de taille et de silhouette entre les sexes, la femelle étant souvent plus petite et le mâle, outre cet écart, ayant un corps sensiblement plus large et une marque en « V » entre le corps et la queue. Son espérance de vie est d’une dizaine d’années.

    Le gecko néon, ou Phelsuma klemmeri, Houdini de nos terrariumsA l’état sauvage, ce reptile diurne vit dans les arbres et sur les bambous, s’abritant volontiers dans les fissures de ces derniers. Il se nourrit de fruits doux et sucrées, de nectar et de petits insectes. En captivité, il accepte insectes tels que les mouches de fruits, micro-grillons yaourt et petits pots pour bébés, le tout saupoudré de vitamines et calcium deux à trois fois par semaine. Une coupelle contenant calcium et vitamine D3 doit lui être laissée à disposition en permanence.

    Il lui faut un terrarium plus haut que large. Un espace de 30 X 30 X 60 cm est un minimum pour deux sujets. Le taux d’hygrométrie doit être de 80 à 85 %. Le terrarium doit être bien ventilé et parfaitement hermétique, car ce gecko est le roi de l’évasion. L’aménagement doit intégrer de nombreuses cachettes plates et légèrement inclinées, pour le sécuriser.

    L’humidité ambiante peut être favorisée par la mise en place de plantes vivantes en quantité, notamment de bambous, qu’il affectionne, le tout associé à une brumisation deux fois par jour, qui permet également à ce Phelsuma de boire les gouttes qui se déposent sur les feuilles. Orchidées, pothos et broméliacées peuvent aussi être ajoutées. Un néon fluorescent assure un éclairage 12 à 14 heures par jour. La température doit avoisiner 25 à 30 °C le jour et 20 à 22 °C la nuit, avec une réduction de 2 ou 3 °C en hiver. Sans une chaleur et un éclairage adéquats, ses couleurs ternissent au fil du temps.

    Le gecko néon, ou Phelsuma klemmeri, Houdini de nos terrariumsC’est une espèce relativement pacifique, mais il vaut mieux éviter de maintenir plusieurs mâles ensemble. Un seul peut néanmoins parfaitement cohabiter avec plusieurs femelles en revanche, mais cela a en général pour conséquence que l’une de ces dernières prenne l’ascendant sur les autres et soit la seule à se reproduire.

    Les femelles aiment se lover dans la partie creuse des bambous pour y pondre, comme elles le font dans leur milieu d’origine. Si les œufs sont visibles, il faut tenter de les retirer du terrarium pour optimiser leurs chances de parvenir à terme. Il faut les placer dans un bouchon de bouteille rempli de sable ou de vermiculite que l’on dispose au fond d’une boîte en plastique qui fait office d’incubateur (cf photo ci-contre à gauche). Si les oeufs sont collés lors de leur prélèvement, il ne faut pas insister, sous peine de briser leur fragile membrane. L’incubation réclame entre 40 et 60 jours de délai, à une température de 28 °C. Dès l’éclosion, les juvéniles mangent la même chose que les adultes, dans de plus faibles proportions, pourvues que les proies ne soient pas trop grandes.

    Ce gecko n’est pas très répandu en élevage. Il est d’une grande curiosité et peut se montrer familier avec son détenteur au fil du temps. Mais en dépit de son attrait esthétique, il est préférable de limiter les manipulations au strict nécessaire, sa peau délicate pouvant aisément se déchirer et sa queue se détacher. Lorsque cela se produit, la repousse ne donne pas un appendice semblable à l’original, ce qui constitue une raison supplémentaire d’être prudent. Il est classé en Annexe II de la CITES.

    Le gecko néon, ou Phelsuma klemmeri, Houdini de nos terrariums

    Sources :

    http://www.phelsumaweb.co.uk/

    http://www.geckosunlimited.com/

    http://lllreptile.com/

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015