Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)

    Alimentation : l’allaitement d’un chaton non sevré

    Alimentation : l'allaitement d'un chaton non sevréLorsqu’un chaton est séparé de sa mère avant le sevrage, quelle qu’en soit la cause, l’humain doit prendre le relais et tacher de l’alimenter jusqu’à ce qu’il puisse le faire seul.

    N’utilisez pas de lait de vache, car il est trop pauvre en graisses, substances minérales et protéines, en comparaison avec celui de la maman chat. Vous trouverez sans peine en Pharmacie ou chez votre vétérinaire du lait maternisé pour chaton. Cela ne lui donnera certes pas tous les anticorps que sa mère aurait pu lui transmettre, mais lui permettra au moins de recevoir les nutriments nécessaires à sa croissance.

    De plus, il faut s’attacher à observer la réaction du bébé face au choix du lait. En effet, certains rejettent certaines marques au profit d’autres. Partez du principe que si un produit est reconnu, normalement, c’est qu’il a fait ses preuves. Choisissez donc plutôt un lait que l’on vous a conseillé ou dont vous avez déjà entendu parler. Respectez les conseils d’emploi et dosages, pour lui procurer un repas dont la consistance et l’apport en nutriments sera suffisant.

    Le mélange doit être administré en se rapprochant le plus possible de la température de sa mère (38-40°C). Des biberons spécifiques sont également en vente. Il faut toujours veiller à les stériliser après chaque utilisation (en les faisant bouillir), pour ne pas exposer le petit félin à une infection ou une diarrhée dont les effets seraient désastreux à cette période.

    Un chaton bien portant tète en général spontanément lorsque la tétine lui est présentée. Si vous avez à faire à un animal moins jeune, cela peut demander davantage de patience. Avant tout, il n’est pas habitué au biberon, donc vous risquez d’avoir à lui en enseigner le fonctionnement. Pour cela, laissez perler une goutte de lait sur le bout de la tétine, pour lui indiquer que c’est là que se trouve son repas. Mais ne forcez pas le lait à sortir plus vite qu’il ne tète, car il avalerait alors plus d’air qu’autre chose. Ne le le mettez pas non plus sur le dos.

    La première semaine, sept biberons sont à préparer toutes les 24 heures. Les tétées sont à répartir entre le jour et la nuit. Dès trois semaines, cinq biberons de 50 à 70 ml s’imposent. A cette période, le chaton nécessite davantage de lait que d’ordinaire. A six semaines, deux biberons suffisent, en alternant avec des aliments solides, que le jeune chat commence à déguster.

    Après la tétée, il faut veiller à masser en douceur le périnée du chaton en utilisant un coton d’eau tiède. En temps normal, la mère le lècherait, pour lui apprendre à faire ses besoins, mais dans le cas qui nous occupe, ce rôle doit être tenu pas l’humain nourricier.

    Au cours de sa croissance, pensez à le peser régulièrement. Si le chaton grossit régulièrement, vous pourrez vous réjouir d’être sur la bonne voie.

    AVERTISSEMENT

    Nous vous rappelons qu’il ne faut jamais sevrer un chaton trop tôt par choix. Les premiers mois de sa vie auprès de sa mère ne seront pas remplacés quoi que vous fassiez et laisseront des traces. L’allaitement artificiel ne doit rester qu’un dernier recours, lorsque toutes les alternatives ont été explorées.

    Alimentation : l'allaitement d'un chaton non sevré

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015