Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)

    La menace du Quiscale à longue queue (Quiscalus mexicanus)

    La menace du Quiscale à longue queue (Quiscalus mexicanus)Un oiseau fait trembler la population de San Francisco. Il s’agit d’une espèce mesurant 48 cm et pesant 115 g pour la femelle, contre 58 cm et 265 g pour le mâle. Il se nomme Quiscale à longue queue (Quiscalus mexicanus). Il est parfois surnommé oiseau du diable, à cause de son plumage noir aux reflets métalliques bleus à violets. En Amérique Centrale, les Aztèques le vénéraient autrefois pour cette particularité physique. Alors qu’il vivait uniquement au sud du Texas, il s’est développé jusqu’à peupler actuellement 23 pays. Sa conquête du monde ne semble pas prête de s’arrêter, puisque son territoire augmente de 4 % chaque année.

    Cette propagation pourrait se limiter au plaisir décuplé de son observation, mais il n’en est rien. En effet, il est le vecteur de nombreux problèmes annexes, qui nuisent non seulement à la population humaine, mais aussi aux autres espèces, notamment aviaires. Il attaque les autres oiseaux présents pour les chasser de son territoire, ce qui nuit à la survie des espèces indigènes, qui ne trouvent alors plus de site de reproduction ou d’alimentation. Il mange aussi parfois leurs oeufs ou leurs petits.

    La menace du Quiscale à longue queue (Quiscalus mexicanus)Il se réunit en grand nombre, comme le font les étourneaux, et appartient à la famille des passereaux. Il pousse des cris perçants particulièrement incommodants à l’aube et au crépuscule. Il aime à se poser aux abords des lieux produisant d’importantes quantités de déchets alimentaires, qu’il assaille volontiers pour se nourrir. Il ne se limite pas à cela, puisqu’il apprécie les agrumes au point d’en investir les champs de culture, où il produit également de gros dégâts en abîmant les fruits. De plus, ses fientes sont produites en grande quantité, bien plus encore que celles des pigeons, et porteuses de maladies transmissibles à l’homme comme à l’animal.

    Pour réduire le nombre de Quiscales à longue queue, de nombreux moyens ont été mis en oeuvre, mais il est aussi difficile à effrayer qu’à tuer apparemment. Des canons à air, de puissants faisceaux lasers, des explosifs et du poison ne sont pas parvenus à en venir à bout. La seule arme qui semble apporter quelque résultat est un extrait de pépin de raisin, qui est pulvérisé sur les arbres. Il ne présente aucun danger pour l’oiseau, mais rend le contact avec les pattes si désagréable, qu’il préfère alors se percher ailleurs.

    La menace du Quiscale à longue queue (Quiscalus mexicanus)Dans certaines villes, des guirlandes de pétards et des seaux en étain ont aussi été mis en place avec succès. La déflagration de l’explosion, liée au bruit et à la lumière produits, font fuir les ceux présents. Cela a permis de créer des emplois, puisqu’à chaque arbre est assignée une personne, chargée de déclencher l’explosion le moment venu. Mais le coût semble démesuré.

    De nombreux facteurs ont facilité la propagation de cette espèce au-delà des limites initiales de son territoire. Etant originaire du désert, elle possédait déjà de grandes capacités d’adaptation liées à sa survie. Mais le développement des exploitations agricoles, largement irriguées, lui a permis de trouver de l’eau plus facilement, puis des céréales toute l’année dans les parcs d’engraissement de bovins, allant de ce fait contaminer avec ses fientes la nourriture destinée à ces derniers. A l’heure actuelle, le Quiscale à longue queue est l’une des rares espèces migratrices échappant à la protection édictée par le Traité des Oiseaux Migrateurs qui depuis 1918, interdit de blesser, tuer, ou déranger ces derniers.

    Hitchcock était un visionnaire, les oiseaux attaquent, mais dans tout cela aucune préoccupation ne semble viser concrètement le reste de la population aviaire. Le Quiscale à longue queue est invasif, certes, mais les moyens mis en oeuvre pour l’éradiquer risquent fort de mettre en danger des espèces qui, au contraires de la sienne, dont déjà largement menacées.

    La menace du Quiscale à longue queue (Quiscalus mexicanus)

    Sources :

    Online bird guide, bird ID help, life history, bird sounds from Cornell

    http://www.usatoday.com/

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015