Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)

    La salamandre tigrée, ou Ambystoma tigrinum (alimentation, comportement, maintenance)

    La salamandre tigrée, ou Ambystoma tigrinum (alimentation, comportement, maintenance)La salamandre tigrée, ou Ambystoma tigrinum, est originaire d’Amérique du Nord.

    Elle mesure 15 à 25 cm en moyenne, parfois davantage, et peut vivre de 10 à 25 ans si elle reçoit des soins appropriés. La femelle est plus grande et plus large que le mâle. Il en existe sept à neuf variétés, qui se distinguent par la coloration de leur dos, qui peut être vert olive, grise ou jaune. Le corps est généralement marqué de taches noires, marrons ou grises, dont la forme peut aller jusqu’à des zébrures qui lui confèrent l’apparence tigrée à laquelle elle doit son nom.

    La salamandre tigrée est vive et n’a de cesse que d’explorer son vivarium. Elle peut vivre en groupe avec ses congénères. Nocturne, elle ne nécessite aucun éclairage. Si des plantes vivantes sont mises en place, il faut songer à compenser la présence de l’éclairage artificiel par l’aménagement de cachettes lui procurant l’obscurité nécessaire pour ne pas la stresser.

    La salamandre tigrée, ou Ambystoma tigrinum (alimentation, comportement, maintenance)Un bac de 60 à 80 litres minimum convient à un couple adulte. Le volume nécessaire dépend non seulement du nombre d’individus envisagé, mais aussi des aménagements mis en place, le nombre de cachettes devant être suffisant pour que chacun y trouve refuge. La température doit avoisiner les 19 °C et le substrat être constitué de fibres de noix de coco. Une partie de l’espace doit être constituée d’un point d’eau de 15 cm de profondeur si vous choisissez d’accueillir des juvéniles qui en sont au stade larvaire. Un système de filtration une pompe à air et un abri constitué de pierres naturelles contribue alors à leur bien-être. L’eau doit être renouvelée chaque jour dans tous les cas.

    Les manipulations doivent être limitées au strict nécessaire, pour ne pas la blesser, sa peau étant extrêmement sensible. Le port de gants est recommandé à cette occasion, le sel et la graisse de notre peau étant agressifs pour elle.

    Cette espèce est passionnante à observer lors de son nourrissage, car c’est une chasseuse active et une prédatrice vorace. Elle doit être nourrie sur une base quotidienne, en saupoudrant ses aliments de calcium et de vitamines une fois par semaine. Elle consomme vers de farine, crickets, vers de terre, mouches et cloportes. Comptez trois à quatre insectes par jour pour une adulte. Certaines  acceptent également les souriceaux nouveaux nés, mais cela doit demeurer occasionnel, pour leur épargner l’obésité dûe à une nourriture trop riche.

    Cette salamandre se reproduit plus ou moins toute l’année en captivité, mais cet aspect de sa vie à nos côtés est encore peu documenté. Sensible aux paramètres extérieurs elle atteint la maturité sexuelle entre l’âge de cinq mois et trois ans. Cela dépend de la température, du type de nourriture, des paramètres de l’eau, de la densité d’animaux maintenus et de la variété concernée. En moyenne, c’est vers 24 mois que la reproduction est possible, après une hivernation entre 3 et 5 °C.

    Elle se développe en deux étapes. A chacune correspond un biotope différent, le milieu aquatique étant celui des larves, tandis que les adultes évoluent sur la terre ferme, ne retournant à l’eau que pour se reproduire. Durant la journée, ces derniers se cachent dans un abri creusé sous une plante, dans la terre humide. Des mues régulières se succèdent au fil de la croissance. La peau ainsi rejetée est ensuite ingérée, apportant des nutriments essentiels à l’organisme.

    La salamandre tigrée est un excellent choix pour un débutant. Facile à nourrir, elle est plus tolérante que ses cousines en termes de température. Si d’autre part, son vivarium est régulièrement nettoyé et qu’elle n’est pas suralimentée, son espérance de vie est à la hauteur de ses promesses. Hélas, elle reste encore rare chez les revendeurs français, bien qu’elle soit la sous-espèce nominale. Etant donné sa large répartition, elle fait l’objet d’une menace mineure dans la nature au regard de l’UICN.

    La salamandre tigrée, ou Ambystoma tigrinum (alimentation, comportement, maintenance)

    Sources :
    http://www.theamphibian.co.uk/
    http://animals.nationalgeographic.com/
    http://www.caudata.org/

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015