Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)

    Education, comportement : les « gentils » ou « méchants » perroquets existent-ils ?

    Education, comportement : les "gentils" ou "méchants" perroquets existent-ils ?Lorsque l’on fait le bilan des témoignages concernant l’attitude des perroquets de compagnie, il apparaît clairement que leur maître les classifie généralement en deux catégories : gentil à 100 % , ou méchant à 100 % . Les détenteurs des oiseaux de la seconde catégorie semblent ignorer que le comportement de leur animal dépend presque uniquement de la façon dont ils ont été manipulés et soignés depuis leur naissance.

    Il est certes impossible de contrôler les comportements naturels, comme les cris ou la propension à semer le désordre, mais jouer sur les facteurs environnementaux est un moyen d’y parvenir. Par exemple, certaines espèces de psittacidés sont plus bruyantes que d’autres, c’est un fait. Aussi, même en influant sur les paramètres précités, il n’est possible que de les atténuer, ce qui est déjà un gros progrès. Cela vaut pour les sujets les plus petits, comme les perruches ou les Conures, mais aussi pour les plus gros, comme les Cacatoès et Aras.

    Education, comportement : les "gentils" ou "méchants" perroquets existent-ils ?Par ailleurs, le terme « domestication » leur est impropre. Il désigne en effet les espèces se reproduisant en captivité génération après génération pour les faire répondre à nos besoins, comme c’est le cas chez les chiens et chats. Ces derniers se comportent différemment de leurs cousins sauvages. Les perroquets n’étant pas des animaux « domestiqués », les comprendre et apprendre à les gérer repose uniquement sur la connaissance de leur mode de vie et de leur attitude dans leur milieu naturel. Pour eux, il n’est question que d’apprivoisement. Ils sont « le fruit de leur environnement ».

    Certains psittacidés semblent plus susceptibles que d’autre de se montrer « gentils », au sens où nous l’entendons, bien que là encore, la définition de ce terme subjectif repose essentiellement pour l’Homme de la bonne exécution d’un ordre donné et du respect des règles édictées pour ses semblables et aux quelles l’animal devrait se conformer. L’Amazone à front jaune (Amazona ocrocephala oratrix) est par exemple plus proche de son humain que le Cacatoès alba. Cependant, lorsque l’éleveur fait mal son travail, l’Amazone est à l’inverse plus câline que le Cacatoès.

    Le sevrage est donc une période primordiale de la vie de l’oisillon. Il est donc essentiel de connaître la nature, l’instinct et les besoins d’un psittacidé avant de faire son acquisition. Cela vous permet déjà d’avoir un premier repère quant à ce qui est normal ou pas dans son attitude. En revanche, la morsure d’agression n’est pas déterminée pas l’espèce. Il ne faut pas la confondre avec le fait d’utiliser plus ou moins souvent son bec. Un adulte n’attaque pas avec son bec dans la nature. Il ne s’agit que d’une adaptation du comportement de certains dû à la vie en captivité.

    En ce qui concerne le terme « oiseau gentil », il vaudrait donc mieux parler en réalité parler de « sociable ». Il n’existe pas de formule magique pour parvenir à un tel résultat d’équilibre, mais certaines astuces peuvent néanmoins vous être d’un grand secours.

    Education, comportement : les "gentils" ou "méchants" perroquets existent-ils ?Avant tout, il faut faire le point sur vous-même. Attendez-vous de votre animal qu’il soit du genre « pot de colle », littéralement vissé sur vous du soir au matin, ou qu’il réclame une petite papouille de temps en temps tout en étant plutôt indépendant ? Certes, il faut tenir compte des informations qui concerne celui que vous rêvez d’avoir, mais il ne faut les considérer comme des vérités absolues. Ce ne sont jamais que les grandes lignes des traits communs entre spécimens d’une même espèce, ce qui ne tient pas compte du facteur que constitue l’intervention humaine.

    Le choix de l’éleveur doit tenir compte davantage de la façon dont il élève ses petits que du prix ou de la pitié que ceux-ci vous inspirent. Si vous faites appel à un commerçant, celui-ci doit assurer correctement le relais et fournir des stimulations fréquentes et variées à l’oisillon pour poursuivre le travail fait par l’éleveur. Certains magasins proposent en effet à la vente des perroquets non sevrés, dans des cages vides disposant à la rigueur d’un perchoir trop haut pour eux. J’en ai d’ailleurs vu un dans un magasin Botanic qui m’a fendu le cœur. Il n’était surtout pas question de fournir le moindre jouet au petit Cacatoès, soit disant sur les conseils de l’éleveur. Oui, c’est bien, surtout ne lui apprenons pas à être heureux.

    De tels oiseaux ont tendance à couiner sans cesse, car ils ont appris qu’ainsi on les nourrissait. Ils de viennent anxieux en grandissant. Or, seul un petit qui a été aimé et choyé durant son sevrage peut aimer à son tour. Pour un juvénile, il est important de savoir que le changement de main nourricière suffit à causer de gros traumatismes. C’est la raison pour laquelle mieux vaut ne pas adopter de psittacidé qu’en choisir un dont le sevrage n’est pas achevé ou mal fait.

    Notez également que même si l’éleveur a fait du bon travail, l’humain peut toujours mal faire par la suite. Nous savons tous, consciemment ou non, que l’erreur vient toujours de nous.

    En résumé :

    • ne faites rien qui puisse être interprété comme une menace (gestes vifs, cris, coups, etc), car c’est un animal-proie qui vit chez vous
    • mettez en place des horaires relativement réguliers, pour lui donner des repères qui l’aideront à se sentir en sécurité
    • encouragez et récompensez les comportements désirables, tout en ignorant les mauvais
    • apprenez-lui à faire la différence entre mordre et toucher. Des félicitations suivies d’une friandise auront tôt fait de la lui inculquer
    • observez et apprenez à reconnaître l’humeur de votre « bête à plumes »
    • interagissez. C’est sans doute l’un des point les plus importants. Regardez la télévision avec votre psittacidé, lisez à voix haute près de lui, faites-le participer à la confection des repas (y compris les siens), bref, apprenez-lui à comprendre votre propre mode de vie. Ce genre d’expérience a tout autant de valeur que les jeux proposés en parallèle pour développer son assurance et son équilibre.

    En respectant ces conseils, votre oiseau ne peut pas se montrer agressif indéfiniment avec vous, pourvu que vous lui laissiez le temps d’apprendre. Il n’existe en réalité aucun perroquet totalement sage, mais un peu de folie n’a jamais fait de mal. D’ailleurs, n’est-ce pas au fond une part de ce qui nous séduit chez eux ?

    Education, comportement : les "gentils" ou "méchants" perroquets existent-ils ?
    Source : angelk

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015