Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)
    décembre 2013
    L M M J V S D
    « Nov   Jan »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  

    Equitation : les aides naturelles du cavalier

    Equitation : les aides naturelles du cavalierEn équitation, le cavalier dispose de différents « outils » pour maîtriser et guider sa monture. Les aides naturelles sont l’un d’entre eux.

    Les aides sont les moyens dont dispose le cavalier pour se faire obéir et se faire comprendre de son cheval. Grâce à elles, il peut communiquer avec l’animal pour lui indiquer non seulement ce qu’il attend de lui, mais aussi comment atteindre l’objectif fixé.

    Elles peuvent être naturelles ou artificielles. Les aides naturelles sont au nombre de quatre.

    La première est la voix. Celle-ci peut servir à rassurer, encourager, féliciter ou gronder son cheval. C’est une sorte de renforçateur de comportement, un indicateur sonore de bonne ou mauvaise conduite qui aidel’équidé à déterminer s’il exécute correctement ou non l’ordre demandé, voire s’il est ou non sur la bonne voie.

    Equitation : les aides naturelles du cavalierLa seconde repose sur l’action des mains, qui servent à donner une orientation ralentir et accélérer au travers des rênes et de la tension exercée sur ces dernières. La troisième, et non la moindre, passe par les jambes qui servent à donner l’impulsion à la monture, la diriger mais aussi lui demander l’exécution d’un exercice ou d’un mouvement  spécifique. Elles sont particulièrement utiles dans le cadre des exercice de dressage de Haute école, même si leur utilité est de se limiter à cette discipline.

    Le poids du corps agit quant à lui par l’intermédiaire de l’assiette et le regard. L’assiette permet au cavalier de rester maître de son équilibre quelles que soient les réactions de son cheval. Elle se compose des reins et des hanches, qui servent d’amortisseurs et par conséquent se doivent d’être souples. Le poids du corps intervient par l’intermédiaire de l’assiette et agit sur l’équilibre du cheval. En effet, le centre de gravité de ce dernier se situe au niveau du garrot.

    Il existe un exercice facile à réaliser chez soi pour comprendre cela, debout jambes fléchies, ou assis sur un tabouret. Il faut exagérer le mouvement pour bien intégrer comment fonctionne le poids du corps. Si je veux tourner à gauche, je regarde à gauche et j’écarte ma main gauche, sans tirer.

    A ce niveau-là, on se rend compte que l’assiette n’est plus perpendiculaire au cheval mais dépasse les 90°. Les épaules étant tournées vers la gauche, il y a davantage de poids dans la fesse droite et le pied droit. De ce fait, le centre de gravité du cheval va être déplacé, cela lui donnant l’impulsion pour tourner. Au bout de quelques années d’équitation, le cavalier peut faire changer son cheval de direction sans même se servir des rênes.

    Equitation : les aides naturelles du cavalier

    Source : adrenaline06

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015