Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)

    L’alimentation des singes en captivité

    L'alimentation des singes en captivitéLes singes ont des besoins alimentaires relativement faciles à satisfaire. De ce fait, il est moins fréquent de commettre des erreurs avec eux qu’avec la plupart de nos autres animaux de compagnie. D’une part, cela s’explique par le caractère omnivore de cette espèce, qui peut s’accommoder de la plupart des menus. D’autre part, le fait qu’elle s’apparente davantage à la nôtre semble la rendre plus présente dans les pensées des détenteurs que la majorité des compagnons en tout genre.

    Ils requièrent avant tout une alimentation variée, ce qui ne signifie pas qu’ils aient forcément besoin de consommer des aliments carnés. En effet, dans leur milieu naturel, ils ne chassent jamais pour se nourrir, et n’attaquent que par agacement ou pour se défendre. En revanche, ils absorbent quotidiennement des végétaux en tout genre. Cela signifie que pousses de bambou, cœurs de bananiers, racines féculentes, herbes, fruits et graines sont adaptés. Les oeufs sont incontournables, d’autant plus que nombre de variétés de primates vivent dans les arbres. Il s’y trouve une source non négligeable de protéines, vitamines B et minéraux indispensables à leur organisme. Crus à gober, durs ou broyé en pâtée, il faut régulièrement y ajouter de la levure.

    L'alimentation des singes en captivitéSuivant le milieu d’origine des singes, il existe cependant quelque nuances alimentaires. Les singes originaires des savanes ne consomment pour ainsi dire que de la verdure et ceux d’Amérique du sud une portion d’insectes. Mais les espèces détenues en captivité ont des besoins alimentaires très proches les unes des autres.

    Les variétés arboricoles ont un grand besoin de fruits frais. Vous ne leur ferez pas prendre des vessies pour des lanternes, car étant habituées à consommer des fruits directement cueillis sur l’arbre, elles savent reconnaître la qualité. Il faut ajouter à cela, de temps en temps, une cuillère d’huile de foie de morue et une tablette de phosphate bicalcique (pour l’apport en calcium), ainsi qu’un peu de levure en poudre.

    Les singes à queue courte ont quant à eux surtout besoin de consommer des végétaux, notamment des feuillages frais et de la salade. Ils ne doivent pas manger de féculents ou presque, ce qui englobe notamment les pâtes, le riz et le pain. Les graines sont autorisées. Mais lorsque ces animaux sont adultes, leurs préférences alimentaires sont déjà quelque peu ancrées, ce qui implique d’en tenir compte, sans pour autant céder à tous les caprices. Les fruits sont indispensables, en prenant soin d’éviter les saveurs acides. Les oranges figurent dans le palmarès des préférences.

    L'alimentation des singes en captivitéEnfin, les primates américains se nourrissent de fruits, légumes et féculents. Il est possible de leur proposer du pain sec émietté, du riz mélangé à des dattes, ou des figues et du lait. Les carottes fraîches, qu’elles soient servies râpées ou entières, sont les légumes les plus intéressants de par leur teneur en glucides. Vers de farine, araignées, mouches et blattes font partie de leur alimentation, ainsi qu’un peu de viande crue éventuellement.

    Dans la nature, ils peuvent aussi consommer des oiseaux, mais mieux vaut s’abstenir d’en proposer en captivité, pour ne pas entretenir leur instinct de prédation. Un complément en vitamines et minéraux permet de contrebalancer cela.

    Il est toutefois primordial de se renseigner auprès de l’éleveur, d’un vétérinaire compétent en la matière et par tout autre moyen disponible (internet, livre, etc). Cela s’impose d’autant plus si l’espèce détenue est relativement rare. A ce titre, il est bon de rappeler que pour la plupart, les races de singe sont légalement soumises à l’obtention d’un certificat de capacité, qui offre par ailleurs l’avantage de’approfondir la connaissances des besoins liés à l’espèce détenue.

    Enfin, un singe correctement nourri se montre potentiellement moins agressif et de meilleure humeur avec son maître. Si à l’issue des repas, une grande quantité de restes est observée, il faut réduire les quantités jusqu’à n’avoir qu’une part infime de déchets, afin de correctement doser les rations alimentaires.

    L'alimentation des singes en captivité

    Source : angelk

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015