Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)

    Embarquer son cheval dans un van

    Embarquer son cheval dans un van

    Que vous deviez emmener votre cheval en concours ou chez le vétérinaire en urgence, il faudra passer par la case transport. Pour que tout se passe dans le calme et en sécurité, l’embarquement dans le van ou le camion doit devenir une formalité.

    cheval-chevaux-van-camion-transport-embarquer-embarquement-guetre-protection-sécurité-calme-animogen-1

    Avant d’embarquer, le cheval est équipé afin de le protéger d’éventuels chocs ou des pertes d’équilibre au cours du voyage. Des guêtres de transport se posent facilement sur les quatre membres. Les guêtres des postérieurs se différencient de celles des antérieurs car elles sont plus hautes et épousent la forme du jarret. Des cloches protègeront les glomes des sabots. Si le trajet est long, un protège-queue empêchera les frottements contre la barre de queue, qui se referme juste derrière le cheval.

    Pour les casse-cous, il est possible d’ajouter des genouillères et un protège-nuque. Suivant les conditions climatiques, on optera pour une chemise légère et respirante ou une couverture d’écurie. Elle doit être bien ajustée pour ne pas tourner pendant le voyage. Le licol de « grooming », plat et confortable, est à privilégier. On gardera le licol éthologique pour apprendre au cheval à embarquer, les nœuds et la finesse de la corde pouvant causer de graves blessures sur le chanfrein et à la nuque durant un transport agité.

    Embarquer son cheval dans un vanEmbarquer son cheval dans un van

     

    Etape suivante, la rencontre avec le van. Il est placé dans un endroit calme, que le cheval connaît, si possible clos. Laissez-le se familiariser avec ce grand monstre sur roues. De par son instinct de fuite, le cheval a toutes les raisons du monde de ne pas se laisser enfermer dans cette grosse boîte sombre et exiguë  Laissez-le sentir et encouragez-le à poursuivre son exploration, en le félicitant de la voix ou à l’aide d’une récompense. Vous pouvez monter dans le van avant lui ou vous placez sur le côté.

    Une aide peut vous accompagner, mais elle n’a pas besoin de pousser le cheval, en agitant les bras comme bien souvent dans les situations critiques et pressantes. Cette séance s’envisage comme un exercice, qui une fois assimilé, vous fera gagner du temps. Les problèmes d’embarquement reviennent souvent dans les ouvrages d’éducation équine ou lors des stages d’éthologie. Pour certains propriétaires, il faut s’y prendre une heure à l’avance et c’est à chaque fois le même calvaire. Alors autant voir l’embarquement comme un exercice de désensibilisation ludique et se préparer tranquillement en amont. A la clé, moins de stress, plus de sécurité, un gain de temps et une meilleure communication avec votre cheval.

    Désormais, lorsqu’une amie vous demandera comment se comporte votre cheval pour monter dans un van, vous pourrez fièrement employer l’expression consacrée : «il embarque tout seul !»

    Embarquer son cheval dans un van

    Sources :

    Embarquer son cheval, problèmes et solutions, Véronique de Saint-Vaulry, Vigot

    Programme des Galops, FFE

     

     

     

     

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015