Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)

    L’alimentation des faons durant le sevrage

    L'alimentation des faons durant le sevrage

    Il ne faut jamais toucher un faon lorsqu’on le trouve, sinon la biche refusera de le nourrir, son odeur ayant changé. Songez donc aux conséquences de votre intervention, si louables soient-elles, avant d’intervenir. Cependant, en cas de sauvetage, l’idéal est de trouver une biche dont le petit est mort, car il arrive alors qu’elle en accepte un autre pour le nourrir.

    Chez les biches et chevreuils, la base de l’alimentation est le foin (vert). Attention, il ne faut pas le confondre avec la paille, qui est jaune et constitue la litière. Si le foin est de bonne qualité, l’animal y puisera l’essentiel de ce dont il a besoin et aura toutes les chances de se maintenir en bonne santé. Donc même non sevré, il lui en faut à disposition. Il convient d’ajouter à cela du maïs et des céréales, que l’on trouve aisément dans les coopératives agricoles. Il faut compter environ 250 g de grain par jour.

    L'alimentation des faons durant le sevrageDans les six heures qui suivent la naissance, le petit absorbe le colostrum de la mère. A défaut, il a de fortes chances de ne pas survivre. Il doit rester au chaud, car il ne peut se réchauffer seul à ce stade. Il existe du colostrum en poudre vendu dans le commerce. Il est aussi possible de se rapprocher d’un éleveur d’ovins pour demander du colostrum congelé de chèvres ou de moutons, qui a sensiblement le même effet.

    Pour l’allaitement, le commerce spécialisé propose également des laits maternisés destinés aux faons. A défaut, un lait pour agneau ou un lait de chèvre fera l’affaire. Mais attention, il ne faut jamais donner de lait de vache à un faon. Trop riche, il est toxique et risque de causer sa mort. Il vaut mieux qu’une seule et même personne s’occupe de nourrir le jeune faon, pour qu’il ne soit pas stressé davantage qu’il ne l’a été par la séparation de sa mère et ait l’impression d’en avoir une de substitution.

    L’odeur est tout aussi importante, donc il vaut mieux choisir un vêtement à porter systématiquement pour l’allaiter. Il faut utiliser une bouteille en verre avec une tétine pour agneau ou à défaut, un biberon destiné aux bébés humains. Il faut maintenir sa tête vers le haut puis placer la tétine dans sa bouche s’il ne tète pas spontanément.

    L'alimentation des faons durant le sevrageL'alimentation des faons durant le sevrage

    La consommation doit représenter 10 à 20 % du poids du faon. Un excès de nourriture peut s’avérer dangereux, car le petit, souvent avide de lait, mangerait trop et pourrait tomber malade. Là où la chose devient moins drôle, c’est qu’il doit être alimenté toutes les quatre heures en journée. La nuit en revanche, il dort. Il lui faut en permanence de l’eau fraîche à disposition malgré tout.

    Sachez également que les biches et chevreuils sont des animaux sauvages. A ce titre, leur détention est soumise à l’obtention d’un certificat de capacité. Lors d’un sauvetage, il faut aussitôt prévenir l’ONCFS de votre département avant même de chercher à transporter l’animal. Il pourra attester de votre bonne foi en cas de contrôle de Police, la détention d’animaux sauvages étant interdite.

    Enfin, en aucun cas un faon élevé par l’Homme ne saurait être relâché à l’état sauvage, car son imprégnation le condamnerait. Ceux qui se trouvent dans ce cas seront donc confiés à des parcs animaliers où ils finiront leurs jours en toute sécurité, si vous ne pouvez les accueillir durablement. La conséquence de l’imprégnation est donc à considérer dès le début.

    L'alimentation des faons durant le sevrage

    Source : angelk

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015