Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)
    février 2014
    L M M J V S D
    « Jan   Mar »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    2425262728  

    La planorbe rouge (Planorbis corneus), jardinière d’eau douce

    La planorbe rouge (Planorbis corneus), jardinière d'eau douceLa planorbe (Planorbis corneus) est un petit gastéropode d’eau douce originaire d’Asie et d’Europe.

    Elle mesure 2 cm de diamètre. Elle est dotée d’une coquille plate et sa tête est surmontée de deux antennes filliformes. Son sang contient de l’hémoglobine, ce qui lui confère parfois coloration rouge-brun. Certains sujets peuvent cependant présenter des nuances différentes, qu’il s’agisse du noir, du brun, du rose, du doré, du bleu ou encore des taches rappelant celles du léopard, qui sont du plus bel effet.

    Les aquariophiles apprécient généralement cette alliée, dont la principale qualité est de consommer les algues dont il est difficile de se débarrasser dans un bac, ainsi que les feuilles de plantes abîmées.

    La planorbe rouge (Planorbis corneus), jardinière d'eau douce

    Elle peut s’adapter à la plupart des volumes, si petits soient-ils, puisque 5 litres suffisent à l’une d’entre elles. Un pH de 7 allié à une température de 25 °C sont recommandés pour son maintien. Elle tolère cependant des variations entre 10 et 30 °C semble-t-il, même si les extrêmes ne sont pas recommandés. Dans la nature, elle parvient à survivre à de longues périodes de sécheresse passées hors de l’eau.

    Sa reproduction ne pose aucune difficulté. C’est une espèce hermaphrodite, ce qui signifie qu’un seul sujet possède à la fois des organes reproducteurs mâles et femelles. Cependant, il lui est impossible de s’auto-féconder, cela nécessite la présence d’une partenaire. Les œufs sont pondus englués dans une masse de bave protectrice collée à une plante ou à tout autre élément du décor.

    Cette demoiselle casquée est omnivore. Ainsi, outre les « mauvaises herbes » du bac, consomme-t-elle également les autres déchets organiques présents. Cependant, cette amie de l’aquariophile peut se retourner contre son camp au fil du temps, puisqu’elle se reproduit si bien qu’il faut parfois réguler sa population. Pour ce faire, il suffit d’une feuille d’épinard lestée ou d’une rondelle de concombre, que l’on retire lorsqu’un nombre important d’escargots vient s’y repaître. Lorsque cela est possible, l’introduction d’un Botia clown apporte une aide complémentaire pour éliminer les juvéniles.

    La planorbe rouge (Planorbis corneus), jardinière d'eau douce

    Son comportement est quant à lui révélateur de la qualité de l’eau, puisque la présence persistante de planorbes à la surface indique un problème sérieux, les escargots essayant de fuir, et l’impératif d’un changement d’eau. De même, la surpopulation est synonyme d’un excès de déchets alimentaires et/ou végétaux dans l’aquarium. Elle ne mange que la partie morte des plantes, ne touchant pas aux plantes vivantes.

    En nombre limité, la planorbe est donc un atout dans la préservation de l’équilibre de l’écosystème artificiel d’un aquarium. Elle parvient à atteindre et recycler les déchets situés dans les zones plus inaccessibles du bac, agissant comme un filtre naturel. En déterrant ceux enfouis dans le substrat, elle favorise également l’aération de ce dernier, ce qui est essentiel pour le développement des bactéries nitrifiantes.

     La planorbe rouge (Planorbis corneus), jardinière d'eau douce

    Sources :

    http://tamarind.hubpages.com/

    http://www.naturebrain.com/

    http://www.naturespot.org.uk/

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015