Catégories
Image de la semaine
Commentaires récents
    Archives (par date)

    Santé : l’allergie aux poils de chats, réalité ou fiction ?

    Santé : l'allergie aux poils de chats, réalité ou fiction ?Les chats sont un vecteur d’allergie couramment dénoncé. Nombre de personnes y sont sensibles. Le poil des chats est toujours montré du doigt dans ce cas. Mais qu’en est-il en réalité ?

    Les chats ont en eux une molécule allergène qui se nomme FelD1. Il s’agit d’une protéine contenue dans leur salive. Lorsqu’ils font leur toilette, elle se dépose sur leur pelage par le biais du léchage. Cela forme en séchant des flocons, qui portent le nom de spores. Ceux-ci sont plus petits encore que le pollen et se diffusent dans l’air. De ce fait, le filtre des poils de nos narines ne peut remplir son rôle protecteur, et les particules de FelD1 viennent se loger dans les poumons.

    Santé : l'allergie aux poils de chats, réalité ou fiction ?Dès lors, des symptômes tels que l’asthme ou les éternuements peuvent apparaître. Les poils longs et épais retiennent davantage cette molécule, ce qui a renforcé l’idée qu’ils étaient allergènes. Cela signifie que tous les chats, qu’ils possèdent ou non des poils, peuvent poser problème. Mais dans de nombreux cas, l’allergie peut être contrôlée. A partir du moment où l’on y est exposé, il peut s’écouler entre cinquante minutes et une heure avant que les effets de l’allergie ne se manifestent.

    Le meilleur remède est d’éviter d’entrer en contact avec le vecteur allergène. Mais il est très difficile de résister aux « boîtes à câlins ronronnantes » que sont les chats. En cas de doute, il faut donc consulter un médecin allergologue, qui pourra déterminer grâce à un test cutané si l’origine du problème est bel et bien féline. Les symptômes étant les mêmes pour toutes les allergies, lui seul pourra vous apporter une certitude à ce sujet, les chat étant souvent accusés un peu trop rapidement.

    Si le test est positif, une désensibilisation est possible. Il existe également des sprays, à vaporiser sur la fourrure de l’animal pour en réduire les effets allergènes. Parlez-en à votre médecin. Vous pouvez aussi, si votre sensibilité n’est pas extrême, porter un masque lors de vos contacts. Interdisez à votre compagnon l’accès de lieux tels que la chambre, pour disposer d’une zone moins contaminée où vous réfugier sans risque. Un filtre à air peut aussi vous être utile. Enfin, certaines races sont dites hypoallergéniques et doivent être privilégiées lors de l’adoption par les personnes sensibles. Pour les cas désespérés, hélas, la seule solution demeure de renoncer l’adoption d’un chat.

    Santé : l'allergie aux poils de chats, réalité ou fiction ?

    Sources :
    http://www.kidsallergies.co.uk/
    http://www.messybeast.com/

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Animogen 2015